Des toilettes « neutres » pour les élèves transgenres à Tours

Stop Homophobie
13 septembre 2017
Par Diane Thibaudier
Les étudiants transgenres n’ont pas un parcours facile à l’université. La faculté de Tours vient de faire un pas de plus pour leur reconnaissance, et c’est unique en France.

L’université François-Rabelais de Tours a dû faire face à une situation un peu particulière l’an dernier : un étudiant transgenre, en première année d’études de psychologie et en cours de changement de genre à l’état civil, une démarche très longue et très coûteuse. Et son parcours est difficile aussi sur le campus pour de nombreuses raisons. En salle de cours, l’appel se fait par le prénom inscrit sur la carte d’identité, masculin ou féminin, qui ne correspond donc pas à l’apparence physique de l’élève par exemple. Mais pas seulement, même le choix des toilettes "Homme" ou "Femme" n’est pas simple pour un étudiant transgenre.

La direction travaille à changer les adresses e-mail

Pour aider les élèves dans cette situation – ils sont une dizaine à Tours cette année - la faculté a déjà officialisé l’utilisation d’un prénom dit « d’usage ». Ces jeunes pourront donc choisir le prénom qui figurera aussi bien sur leur carte d’étudiant que sur les listes d’appel que les enseignants utiliseront pour les cours et pour les examens. La direction travaille même à changer aussi les photos sur les cartes d’étudiants, ainsi que les adresses e-mail pour ceux qui le souhaitent.

Des toilettes "neutres" uniques en France ! 

Mais ce n’est pas tout ! L’université François-Rabelais a encore fait plus fort cette année. Elle va mettre en place des toilettes neutres. Pour le moment, c’est la faculté de médecine qui va en profiter mais bientôt ces toilettes neutres seront installées dans tout le campus. Les toilettes genrées "Homme" ou "Femme" seront également toujours disponibles.

L’installation de ces toilettes neutres est unique en France. Aux Etats-Unis, le débat est ouvert depuis déjà plusieurs années, les WC sont donc désormais ouverts à tous sans différence entre hommes et femmes. Les toilettes neutres sont aussi testées à l’université de Leyde, aux Pays-Bas, depuis l’année dernière.