Œufs contaminés en Maine-et-Loire : les lots identifiés

09 août 2017
Par Adeline Tavet
Après la livraison d’œufs potentiellement contaminés à la société IGREPA, à Seiches-sur-le-Loir, fin juillet, la préfecture a bloqué les œufs coquilles concerné ainsi que les produits fabriqués à partir de ces matières premières concernées.

Ce mardi 8 Août, des agents de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) de Maine-et-Loire investissent l’usine de la société IGRECA pour suspicion d’œufs contaminés. Deux lots, en provenance des Pays-Bas, reçus entre le 11 et le 26 juillet, sont concernés, soit 32 400 œufs. Cela peut paraître beaucoup mais cette entreprise fabrique des produits à bas d’œufs, (œufs en poudre ou liquide) aussi appelés ovoproduits. Chaque année elle transforme 1,5 million d’œufs dans son usine de Seiche-sur-le-Loir.

Blocages & exportations annulées

Ces lots sont finalement identifiés. La DDPP procède ensuite au blocage des œufs coquilles sur le site, mais les lots de produits finis fabriqués à partir de ces œufs sont aussi bloqués. Les agents de la DDPP contrôlent également les autres lots reçus par le même fournisseur hollandais depuis le 25 juillet. Les premiers résultats de ces analyses sont négatifs pour le moment. Les documents de traçabilité des produits finis sont aussi contrôlés. Le temps de l’enquête, la société IGREPA ne peut pas exporter sa marchandise.

Scandale européen

Le 20 juillet dernier, les autorités belges informent la Commission européenne de la présence de fipronil dans des œufs et viande de volaille (conventionnels et bio) dans trois pays européens (Belgique, Pays-Bas et Allemagne). Il s’agit d’un produit antiparasitaire, utilisé dans les élevages de poule, non autorisé en France. Mais la France n’est avertie que le 5 août de ces lots livrés potentiellement contaminés.Ces derniers jours le scandal s'etend et d'autres 

Informer le consommateur 

De son côté, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par la fipronil. Le ministère compte également mettre en place une Foire Aux Questions (FAQ) pour renseigner les consommateurs quant au niveau de risque des éventuels produits mis sur le marché.