Orléans : bientôt une structure pour accueillir les femmes battues

pixabay.com
14 novembre 2017
Par Diane Thibaudier
En avril 2016, l’élue orléanaise Dominique Tripet avait attaqué l’Etat pour non-assistance à personne en danger, afin de sensibiliser au problème des femmes battues. La semaine dernière, elle a présenté un projet pour leur venir en aide.

C’est un travail de longue haleine… un an et demi que Dominique Tripet planche sur l’épineux sujet des violences conjugales. Rappelez-vous, au printemps 2016, elle avait fait polémique en attaquant l’Etat pour non-assistance à personne en danger parce qu’il ne s’occupait pas assez des femmes victimes de violences selon elle. Depuis, l’élue orléanaise a fait du chemin. Elle a été missionnée par le maire de la ville, Olivier Carré, pour mettre au point un dispositif pour aider ces victimes. C’est chose faite !

La semaine dernière, Dominique Tripet l’a présenté, et le projet pourrait voir le jour à la fin de l’année 2018. Il s’agirait de mettre plusieurs logements sécurisés à disposition des femmes battues. Un immeuble entier, qui appartient aux Résidences de l’Orléanais, en ville. Sept chambres équipées de plusieurs lits afin de pouvoir aussi accueillir des enfants si besoin. Les victimes pourraient rester une quinzaine de jours dans ces locaux, et y recevoir la visite d’un psychiatre gratuitement. Après 15 jours, elles seront réorientées vers des structures d’aide déjà existantes ou vers des logements sociaux en fonction de leurs besoins.

Carte blanche pour mener à bien le dispositif

Pour le moment, on en est qu’à l’étape de projet. L’immeuble sécurisé en question n’a pas encore ouvert à Orléans, mais Olivier Carré a donné son feu vert pour lancer le dispositif. Il sera d’ailleurs financé à 80% par l’Etat et les autres collectivités selon l’élue communiste qui œuvre pour le droit des femmes depuis des années. Les 20% restants devront être financés par la ville d’Orléans. En attendant que l’immeuble voit le jour d’ici la fin de l’année prochaine, deux logements pourraient déjà être mis à disposition des victimes de violences conjugales, dans les mois qui viennent.

Plus de 70 mille femmes violées depuis le début de l’année en France

Toujours pour sensibiliser au problème, un site internet a été créé sur les violences faites aux femmes : 1femmesur2.fr . Sur la page d’accueil, un compteur qui tourne et comptabilise le nombre de femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint (106 selon le site, ce mardi 14 novembre après-midi) mais aussi le nombre de femmes violées et agressées sexuellement en France depuis le début de l’année. Il s’adresse directement au gouvernement d’Emmanuel Macron.