Orléans : du nouveau dans l’enquête des coups de feu rue de Bourgogne

06 octobre 2017
Par Benoit Hanrot
Cinq personnes viennent d’être mises en examen et incarcérées pour association de malfaiteurs, tentative de meurtre en bande organisée et violences armes. Tous sont accusés d’avoir participé à une expédition punitive qui a échoué dimanche dernier en centre ville d’Orléans. Récit :

Ils ont fini par reconnaître les faits. Cinq jeunes, âgés d’une vingtaine d’années et originaires du quartier de l’Argonne, ont reconnu avoir pris part à l’agression commise dimanche soir devant le Mon Thé Cristaux, rue de Bourgogne, à Orléans. Ils ont tiré des coups de feu à l’aide de pistolets devant ce bar à chicha. Heureusement, aucun client n’a été blessé. De plus, la personne visée était absente au moment des faits.

Un contentieux entre jeunes de l’Argonne et gens des pays de l’Est

En garde à vue, tous les jeunes ont reconnu avoir été présents ce soir-là. C’est ce qu’a confirmé le procureur de la République d’Orléans. Ces derniers ont affirmé qu’il s’agissait de « représailles suite à une bagarre qui s’était déroulée l’après-midi même, dans leur quartier, avec des gens originaires des pays de l’Est ». Côté motif, rien à voir avec une histoire de trafic de drogue.

En réalité, il s’agirait d’une affaire de jalousie. La famille originaire des Pays de l’Est n’aurait pas apprécié qu’un jeune du quartier s’approche d’une de ses filles. La suite, on la connaît : une première bagarre et des représailles.

D’autres bars déjà victimes d’attaque au pistolet

Le Mon Thé Cristaux n’est pas le premier bar à avoir été le théâtre d’une telle fusillade. En novembre 2016, un homme avait été arrêté après avoir tiré deux coups de feu à destination du bar Le Reinitas, rue de Coulmiers à Orléans. Quelques heures plus tôt, il venait d’être viré de l’établissement par le gérant. Ce dernier n’avait pas apprécié qu’il profère des menaces envers plusieurs clients. Par chance, aucune personne ne s’est trouvée sur la trajectoire des coups de feu.