La Minute Eco : attention aux pratiques des organismes de micro-crédit

La Minute Eco : attention aux pratiques des organismes de micro-crédit

3 mai 2021

Vibration

La Minute Eco : attention aux pratiques des organismes de micro-crédit

La Minute Éco

Mots-clés: La Minute Éco

Être à court d’argent et en avoir besoin tout de suite, coûte que coûte. C’est sur ce créneau que des organismes de crédit peu scrupuleux se sont positionnés.

Leurs publicités sur les réseaux sociaux sont de véritables pièges. Elles promettent de l’argent tout de suite, sans formalité, pour un, deux, ou trois mois. La solution idéale en apparence pour faire face à un compte dans le rouge, à une fin de mois ou un début de mois difficiles.

Le problème, c’est que ces offres de mini-crédit ne promettent pas de l’argent gratuit, loin s’en faut. D’abord, il y a le taux d’intérêt. Le plus souvent autour de 1 à 1,5 % par mois, il laisse penser au souscripteur qu’il ne payera pas beaucoup d’intérêts... Sauf que 1 % par mois, cela donne près de 15 % par an. Autrement dit, pour 100 euros empruntés, il faudra débourser 15 euros à la fin de l’année, si l’on ne parvient pas à rembourser le crédit dans le délai imparti des 3 mois, ce qui est malheureusement souvent le cas.

Autre piège : les frais de gestion. Pour obtenir un virement express sur son compte dans le rouge, il faut là encore payer. En apparence, c’est facile puisque les frais sont prélevés sur les sommes prêtées. Le problème, c’est que ces frais viennent aggraver le coût du crédit. Quand on paye 30 euros de frais pour recevoir 300 euros sur son compte en urgence, on paye sans le savoir du 10 % d’intérêt immédiat.

Toutes ces pratiques sont à la limite de la légalité, voire, totalement illégales, et d’ailleurs, l’association UFC - Que Choisir vient de porter plainte pour “pratiques commerciales trompeuses” à l’encontre de trois organismes de crédit : Bing, Cashper, et Floabank.

Si vous avez vraiment besoin d’un prêt-relais, pour passer une mauvaise passe, tournez-vous plutôt vers les organismes connus, dépendant de grands réseaux bancaires, comme FranFinance ou Cetelem. Très surveillés, très encadrés, eux prêtent de l’argent à moins de 1 % d’intérêt pour 1 an. Et pour les petits montants, leur procédure d’examen de la demande de prêt est simplifiée.

I