La Minute Eco : il commande un iPhone et reçoit... une boite de ratatouille

Le succès de la vente en ligne tourne parfois à l’inconvénient pour les acheteurs.

Jamais la vente en ligne ne s’est aussi bien portée que cette année. Je ne parle pas ici de la vente sur des sites marchands comme Amazon ou Cdiscount, qui se portent également très bien, merci pour eux. Je vous parle de la vente en ligne “entre particuliers”. Après Ibazar, lancé à la fin des années 90, il y eut Ebay et Priceminister. Aujourd’hui, c’est Le Bon Coin qui mène la danse, loin devant ses concurrents, grâce à un avantage de taille : déposer une annonce est gratuit.

Mais cet avantage tourne parfois à l’inconvénient pour les acheteurs. Comme n’importe qui peut déposer une annonce sans montrer patte blanche ni dépenser un centime, le site attire des escrocs par centaines, pour ne pas dire par milliers.

Un client du bon coin en a fait les frais dernièrement : à la place de l’iPhone qu’il a commandé, il a reçu... une boite de ratatouille en conserve, premier prix.

Dans cette histoire, le vendeur, qui n’a pas disparu, prétend avoir bel et bien envoyé le téléphone, et accuse donc le transporteur. 

Le problème, c’est que si l’envoi a été effectué sans assurance, et qu’il y avait bien un téléphone dans le colis à un moment, il est perdu pour l’acheteur comme pour le vendeur. 

Pour éviter les déconvenues, le bon coin propose de garantir les transactions, en servant de tiers de confiance. Un service cependant facturé au prix fort...

I