La Minute Eco : "rentrée" ne rime pas toujours avec "augmentation"

On a parfois l’impression que rentrée rime avec augmentation. Mais pour ne pas vous la gâcher, la rentrée, je vais leur tordre le cou en direct pour vous.

La Minute Eco : "rentrée" ne rime pas toujours avec "augmentation"

1er septembre 2021

Jean-Baptiste Giraud

La Minute Eco : "rentrée" ne rime pas toujours avec "augmentation"

La Minute Eco

Mots-clés: augmentation,rentrée,gaz,essence,prix

On a parfois l’impression que rentrée rime avec augmentation. Mais pour ne pas vous la gâcher, la rentrée, je vais leur tordre le cou en direct pour vous.

Prenons d’abord l’augmentation du prix du gaz. Ok, depuis le début de l’année, elle est plus que conséquente : on parle de 25 % de hausse ! Sauf que ce sont les tarifs du gaz réglementés qui augmentent. Or, de plus en plus d’abonnés au gaz ont souscrit à une offre de marché. La plupart promettent des tarifs bloqués pendant 2 ou 3 ans. Et quand on est plus content, on peut très facilement partir ailleurs, et sauter sur les offres promotionnelles.

Deuxième hausse annoncée : celle des produits high-techs, à cause de la pénurie mondiale de puces électroniques. Sauf que là encore, il n’y a pas de quoi paniquer. Sur un smartphone, la hausse sera au pire de quelques euros. Au pire, vous attendrez que ça se tasse avant d’en changer. Même chose, par exemple, pour les téléviseurs. Nul doute que les fabricants rogneront sur leurs marges pour être compétitifs à Noël.

Enfin, dernière hausse dont on a beaucoup parlé, celle du prix des pâtes. Pour le coup, Michel Edouard Leclerc a annoncé qu’elle pourrait parfois dépasser 20 %. Sauf que sur un paquet de spaghettis, au final, cela représente quelques centimes. Et là encore, certaines enseignes feront un effort, par exemple, avec des promotions du type un paquet offert pour deux achetés.

Finalement, il n’y a guère que l’augmentation du prix de l’essence à la pompe qui soit vraiment pénible et sensible.

I