Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Allaitement, intimité… les bienfaits de la pandémie observés dans les maternités du Mans et d’Angers

29 avril 2021 à 06h00 Par Alicia Méchin
Les maternités du Mans et d’Angers ont observé les bienfaits de la pandémie sur les jeunes mamans.
Crédit photo : Pixabay

Depuis le début de la crise de la Covid, les visites sont interdites dans les maternités après l’accouchement. Seul le conjoint est autorisé. Une mesure restrictive qui aurait des conséquences positives sur les mères et leur enfant, selon les maternités du Mans (Sarthe) et d’Angers (Maine-et-Loire).

Le protocole sanitaire est, en effet, le même dans ces deux établissements des Pays de la Loire. Seul un accompagnant est autorisé à assister à l’accouchement, et à rendre visite à la maman pendant tout le séjour. Mais les visites des fratries, de la famille ou des amis sont en revanche interdites.

Une mesure un peu décevante pour certaines mamans, mais qui s’avère en réalité très bénéfique. C’est en tout cas ce que laissent penser les professionnels de santé que nous avons interrogés, et qui avouent avoir relevé quelques aspects bénéfiques de cette pandémie.

 

Dans une bulle

Cette restriction serait donc finalement très appréciée des mamans. Fatiguées, et très souvent chamboulées, elles se retrouvent désormais dans cette sorte de « sas de décompression », qui leur permet de se focaliser sur elles-mêmes, et bien sûr sur leur bébé, comme le relève Charlène Buard, sage-femme au Mans :

 

Écouter le podcast

 

Même constat du côté de la maternité d’Angers, où on estime que ce « calme après la tempête » favoriserait notamment la mise en place de l’allaitement. Explications du Dr Marie-Bénédicte Mercier, médecin responsable des suites de couche au CHU :

 

Écouter le podcast

 

Enfin, les équipes soignantes avouent volontiers se sentir, elles aussi, plus disponibles pour les mamans. « Elles proposent plus de peau à peau, de portage, nous confie le Dr Mercier. Comme les mamans sont plus disponibles, on arrive beaucoup plus à le proposer ».

 

Interdire les visites même après Covid ?

Ces observations, apportées par les professionnels du Mans et d’Angers, ne sont pas si surprenantes. Il n’est pas rare que pour le deuxième enfant, la mère limite au maximum les visites, retenant la leçon du premier accouchement.

Il faut savoir que les maternités restreignent déjà, en temps normal, le nombre de visiteurs par chambre (trois à quatre personnes maximum). Mais cette mesure n’est pas souvent respectée, au détriment de la mère et de l’enfant, comme nous le précise Marie-Bénédicte Mercier :

 

Écouter le podcast

 

Alors les établissements hospitaliers doivent-ils maintenir cette interdiction, même après la pandémie ? Pas forcément, selon Charlène Buard. « Je ne crois pas que ce soit à l’hôpital d’imposer quelque chose par la suite, si la crise sanitaire est terminée (…) j’espère juste que les parents vont prendre conscience de ça et limiter par eux-mêmes les visites ».

 

Hausse des naissances 

Si la pandémie a donc eu quelques bienfaits sur la prise en charge des mamans dans les maternités, elle a aussi freiné les envies de bébé des Français. En effet, le baby boom espéré par le premier confinement n’a pas eu lieu. A Angers par exemple, la maternité a enregistré 282 naissances en février 2021, contre 306 en février 2020.

Mais depuis quelques semaines, les chiffres repartent à la hausse. Aussi à Angers, le mois de mars 2021 a été marqué par une hausse du nombre de naissances. 36 de plus en mars dernier par rapport à 2020 pour le CHU, avec 337 bébés.

Au Mans, le mois de mars a même été exceptionnel, comme nous l’a confié Marion Bonfils, cadre sage-femme. 60 naissances de plus ont été enregistrées le mois dernier, par rapport à mars 2020. C’est finalement le déconfinement, et le sentiment de liberté retrouvée, qui aura donné des envies aux parents !