Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Bourgogne : la descente aux enfers des salariés d’Eolane

10 novembre 2017 à 07h10 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : La fameuse tablette Qooq

Il y a quatre ans, l’entreprise Eolane de Montceau-les-Mines était mondialement connue. Quatre ans plus tard, la direction du site a annoncé la fermeture du site pour 2019. Comment en est-on arrivé là ? Décryptage :

Les salariés de l’entreprise Eolane de Montceau-les-Mines ont débrayé hier, jeudi 9 novembre à la mi-journée. Une manifestation pour marquer leur incompréhension face à l’annonce de leur direction de fermer le site bourguignon en 2019. 

Sous le feu des projecteurs en 2013 

Eolane a connu une ascension fulgurante. Il y a quatre ans, elle a été propulsée sur la scène internationale par le biais d’Oprah Winfrey. La célèbre animatrice américaine a fait l’éloge de la tablette « Qooq » conçue en Saône-et-Loire et utilisée pour les amateurs de cuisine. Un bel exemple du « made in France » qui arrive à s’exporter à l’internationale. 

Un nouvel investisseur qui change la donne

Tout bascule lorsque le fonds d’investissement Hivest Capital Partners entre dans le capital du groupe. Malgré un chiffre d’affaires évalué à 360 millions d’euros, Eolane rencontre alors des difficultés. La direction en vient alors à annoncer le projet de fermeture en 2019 avec à la clé 90 suppressions de postes.

Une nouvelle qui a motivé les salariés à se mobiliser hier. Les représentants de personnel avaient décidé de faire venir la Mère en Gueule, une troupe de théâtre du bassin minier de Montceau-lès-Mines. La manifestation a pris la forme d’une contestation en chanson, afin de parler de choses sérieuses, de manière décalée alors que le PDG de la société attendait les protestataires à l’intérieur des locaux pour évoquer la situation. Contacté par France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Alain Schleich, élu du personnel et secrétaire du CHSCT du site d’Eolane de Montceau-les-Mines, il existe d’autres solutions afin d’éviter de mettre les 90 salariés à la porte.