Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Cher : une pièce de collection dérobée au musée de Saint-Amand

04 octobre 2017 à 08h50 Par Benoit Hanrot

Grosse déprime pour les gérants de la Cité de l’Or de Saint-Amand-Montrond. L’emblématique musée de la ville des bijoutiers a été dévalisé dans la nuit de dimanche à lundi. Sa pièce maîtresse a été dérobée. Une enquête est en cours. Décryptage :

Réveil difficile hier pour le Musée de la Cité de l’or de Saint-Amand-Montrond. L’établissement a fait l’objet d’un cambriolage aux alentours de 3h45. Les gendarmes de Saint-Amand et leurs collègues de la section de recherches de Bourges sont en charge de l’enquête. Selon le procureur de la République de Bourges, le montant du butin des malfaiteurs n’a pas encore été évalué mais il pourrait s’élever à plusieurs dizaines de milliers d’euros. On sait désormais que des ostensoirs à caractère religieux et des bijoux ont été dérobés, ainsi que la pièce maîtresse, une statuette représentant un lion doré.

Le gardien de la pyramide manque à l’appel

Le Lion de Goudji (son créateur), aussi appelé le gardien de la pyramide du complexe de la Cité de l’Or, a été emporté par les voleurs. Il siégeait dans une vitrine sécurisée depuis 2002. Pour le maire de la commune de Saint-Amand-Montrond, ce vol est douloureux de par sa valeur marchande mais aussi sentimentale. De son côté, l’artiste Goudji s’est dit bouleversé par le vol de sa création.

A nos confrères du Berry Républicain, il a confié que « retrouver cette pièce sera impossible » car les voleurs « voulaient sûrement récupérer l’or ». L’œuvre mesurait 21 centimètres de haut et 35 centimètres de long. Avec le cours actuel de l’or, elle pourrait être vendue pour près de 25 000 euros.

Les mêmes voleurs qu’à Marseille ?

Il y a un mois, pareille histoire était arrivée sur les bords de la Canebière. La cité phocéenne présente actuellement la deuxième collection d’Egypte la plus précieuse de France. Malheureusement début septembre, une stèle funéraire égyptienne a été dérobée au musée de la Vieille-Charité de Marseille. A la différence avec Bourges, ce que le vol a été commis en plein jour. Un possible manque de surveillance serait mis en cause dans cette affaire.