Info locale

Coronavirus : l’Eure-et-Loir et le Loiret, limitrophes avec l’Île-de-France, vont être particulièrement touchés

17 mars 2020 à 15h02 Par Alicia Méchin
Pierre Pouëssel, préfet du Loiret (à gauche), et Laurent Habert, directeur de l'ARS Centre-Val de Loire.
Crédit photo : Préfecture 45

En conférence de presse ce mardi 17 mars 2020, l’Agence Régionale de Santé du Centre-Val de Loire assure que la région ne sera pas épargnée par le pic de l’épidémie. L’Eure-et-Loir et le Loiret, limitrophes avec l’Île de France, devraient être les plus touchés.

Le pic de l’épidémie de coronavirus Covid-19 n’est pas encore atteint en France, mais l’évolution se fait déjà sentir en région. Selon le directeur de l’ARS, Laurent Habert, « un ensemble d’indicateurs montre aujourd’hui que le Centre-Val de Loire va être progressivement concernée par l’épidémie ». Le Samu et les hôpitaux sont de plus en plus sollicités, notamment dans deux départements : l’Eure-et-Loir et le Loiret. En raison de leur proximité directe avec l’Île-de-France, très touchée par le virus, ces deux départements devraient être les premiers touchés.

Ce mardi 17 mars, selon le dernier bilan de l’ARS, 90 cas de Covid-19 ont été détectés en Centre-Val de Loire : 5 cas dans le Cher, 25 cas en Eure-et-Loir, 1 cas dans l’Indre, 22 cas en Indre-et-Loire, 5 cas en Loir-et-Cher, et 32 cas dans le Loiret.

L’ARS précise que les professionnels de santé s’organisent, pour pouvoir faire face à la situation. Des échanges ont régulièrement lieu entre les hôpitaux publics et privés de la région. Différentes solutions sont étudiées pour pouvoir augmenter la capacité des lits. Actuellement, en région, 170 lits sont disponibles en réanimation. Des masques seront par ailleurs à nouveau livrés ce mercredi dans les établissements hospitaliers.