Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Des pieuvres apaisantes et solidaires pour soigner

23 mars 2017 à 10h24 Par Rédaction

Même si aucune étude scientifique n'est capable d'aider les biens faits de ces pieuvres sur les bébés prématurés, il semblerait qu'elles aident les nouveaux nés.

De plus en plus de prématurés peuvent être accompagnés par de petites pieuvres pour faciliter leur croissance. Il s'agit, dans ces cas là, de petits animaux marins tricotés au crochet qui leur rappellent le cordon ombilical de leur mère.

Les pieuvres sont posées à côté des nouveau-nés, dans les couveuses. Et comme ils pourraient le faire avec la maman, les bébés s'agrippent et s'accrochent aux tentacules en coton, comme ils le faisaient avec le cordon maternel avant la naissance.

Résultat les bébés sont plus apaisés et rassurés, ce qui facilite les soins apportés à ces petits êtres fragiles comme l'explique Ditte Fischer, qui est à la tête de l'association de petites pieuvres: «Elles (les infirmières) ont aussi remarqué que les bébés tirent les tentacules de la pieuvre plutôt que les tubes qui les relient aux machines médicales».

Des animaux que les enfants gardent jusqu'à leur 3 ans souvent tellement ils y sont accrochés. Ces pieuvres sont offerts car tout le système est basé sur le bénévolat et la solidarité.

Les créateurs refusent de les vendre, du coup ils ont élaboré des tutoriels pour expliquer comment concevoir le petit animal et des bénévoles les fabriquent gratuitement en suivant ces indications. Tout est vérifié par les membres de l'association.

Ditte Fischer indique: «Un ambassadeur désigné dans chaque hôpital reçoit, vérifie et lave les pieuvres puis il les délivre à l'établissement avec le nom de chaque tricoteuse. Les petites pieuvres sont ensuite offertes aux parents. Au Danemark, près de 22.000 pieuvres ont déjà été ainsi fabriquées».

Ce système des pieuvres se développent progressivement en France aussi désormais basé sur le modèle solidaire danois. Jacqueline Vandrebeck de Kroon, qui pilote le projet en France explique: «Ce sont des pieuvres à visées thérapeutiques crochetées par nos bénévoles selon des règles de sécurité très strictes. Elles sont 100% en coton et respectent des dimensions très précises. Ensuite elles sont envoyées à une ambassadrice d'un hôpital participant au projet qui les teste, les lave à 60 degrés puis les remet au cadre de santé du service de néonatalogie et sont ensuite distribuées dans les couveuses sous surveillance» «Toute action liée à ce projet est 100% gratuit et 100% bénévole».