Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Elle marche dans les rues sans protection hygiénique pour dénoncer la précarité menstruelle (Photos)

05 février 2019 à 16h50 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : pixabay

Une jeune femme a fait « couler son sang dans Paris » pour une bonne raison : elle exige la prise en charge des protections hygiéniques !

Irene (prononcé Iréné) est une jeune Parisienne de 20 ans. Elle est étudiante et se bat également contre la « précarité menstruelle » dénoncé par de nombreuses femmes qui estiment que les protections hygiéniques sont des produits de luxe car encore trop chers en France. Elles luttent alors pour le remboursement des protections hygiéniques. 

Sur son compte Instagram, la jeune femme vient donc de lancer une campagne originale et a fait « couler son sang dans Paris ». Pour cela, pendant sa période de règles, elle n’a donc pas porté de protection et a pris la pose dans divers endroits de la capitale avec son legging gris taché de sang. 

« Vous avez beau ne pas vouloir payer pour nos protections, vous avez beau trouver ma performance inutile, sale, ignoble, vous ne pourrez pas empêcher nos flux de se libérer. Nous payons le prix de l'oppression, le prix de la misogynie, le prix des inégalités, vous n'allez quand même pas croire que nous allons en plus payer pour foutre du chlore dans nos chattes pendant que vous continuez de stigmatiser et diaboliser notre sang, nos poils et notre merde (…)Je ne demande pas la prise en charge des protections périodiques réutilisables (dans la mesure du possible) pour toutes les personnes menstruées. Je l'exige. Vous n'êtes pas d'accord ? Je tâche. Le sang coule et le sexisme tâche », écrit-il en légende de sa dernière publication affichant plus de 2 000 mentions J’aime et relayée par de nombreuses femmes sur les réseaux sociaux. 

Voir cette publication sur Instagram

RÉVOLUTION SE CONJUGUE AU FÉMININ Aujourd'hui, vendredi premier février 2019, mon sang a coulé dans Paris. Car il était temps de remettre les choses au clair : quoi que vous pensiez, nous avons le dernier mot. Nous avons le pouvoir de décision. Vous avez beau ne pas vouloir payer pour nos protections, vous avez beau trouver ma performance inutile, sale, ignoble, vous ne pourrez pas empêcher nos flux se libérer. Nous payons le prix de l'oppression, le prix de la mysoginie, le prix des inégalités, vous n'allez quand même pas croire que nous allons en plus payer pour foutre du chlore dans nos chattes pendant que vous continuez de stigmatiser et diaboliser notre sang, nos poils et notre merde. Aujourd'hui, j'ai laissé couler mon sang pendant 12h et j'ai réalisé à quel point cela ne m'a demandé aucun effort, aucun courage, aucune force. Ma journée a été d'une normalité ahurissante, ce qui, j'espère, vous fera trembler de peur. Car oui, contrairement à ce que les pubs de tampons montrent, avoir ses règles est banale, normal, quotidien. La moitié de la population les a. Ainsi, vous qui nous voulez complexées, ignorantes de notre propre nature et silencieuses, vous qui nous voulez dans la précarité économique, subissez notre nature, notre rage et notre détermination. Je ne perdrai pas une seule seconde à débattre. Je ne demande pas la prise en charge des protections périodiques réutilisables (dans la mesure du possible) pour toutes les personnes menstruées. Je l'exige. Vous n'êtes pas d'accord ? Je tâche. Le sang coule et le sexisme tâche. LA RÉVOLUTION EST FÉMINISTE Photo : @eliz_za1 Merci à @lafloredumal , à @cdelastreet et l'équipe de @madandwomen , à @madmoizelledotcom et à @cyclique_fr pour m'avoir accompagnée aujourd'hui ❤️ Merci à vous pour tous vos partages et mots d'amour, et tout particulièrement à @28.jours et à mes bien aimées @clitrevolution ❤️ Ce n'est que le début 🔥 #monsangcoule #çatache #lesexismetache #paris #feminist #feminism #feministe

Une publication partagée par Irene (@irenevrose) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Irene (@irenevrose) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Irene (@irenevrose) le