Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Fermeture des galeries marchandes : 45% de fréquentation en moins au Carrefour Nevers-Marzy

15 février 2021 à 07h30 Par Etienne Escuer
La fréquentation du Carrefour Nevers-Marzy a chuté.
Crédit photo : Capture d'écran Google Maps - Image d'illustration.

La fermeture des galeries marchandes a eu un fort impact sur la fréquentation au Carrefour Nevers-Marzy, dans la Nièvre.

Il est le seul centre commercial concerné dans la Nièvre : le Carrefour Nevers-Marzy a dû fermer sa galerie marchande, après les annonces de Jean Castex fin janvier. Le Premier ministre avait demandé la fermeture des centres de plus de 20 000 mètres carrés. A Marzy, seul l’hypermarché Carrefour, les commerces alimentaires et ceux en extérieur ont pu rester ouverts. « Ça été très flou pour nous », confie Maud Magnien, la directrice. « On a eu la visite du préfet qui a d’abord annoncé que nous n’étions pas concernés. Mais après recalcul des surfaces, nous dépassions les 20 000 mètres carrés. » Le centre commercial a tenté de négocier avec les autorités, pour déduire certaines surfaces, dont les réserves de l’hypermarché, et ainsi repasser sous le seuil fatidique. Sans succès.

Écouter le podcast

45 boutiques sur 55 sont actuellement fermées. Deux semaines après l’application de la mesure, Maud Magnien constate un fort impact sur la fréquentation. « La galerie était un moteur pour l’hypermarché. La fréquentation a baissé de 45% », estime la directrice du centre commercial. « Un chiffre similaire au premier confinement. On s’y attendait et on commence malheureusement à avoir l’habitude. »

Écouter le podcast

Report des soldes, couvre-feu à 18h, etc.

Cette nouvelle restriction s’ajoute aux précédentes, qui avaient déjà fortement impacté le centre commercial. « On a eu la période de soldes qui a été décalée au 20 janvier, en fin de mois où c’est plus compliqué pour nos clients au niveau du budget », explique Maud Magnien. « On a aussi fait partie de la première vague du couvre-feu à 18h, dès début janvier. Et là, la préparation de la Saint-Valentin est impactée. Ça fait beaucoup de choses ! » Les commerçants sont particulièrement fragilisés et 150 personnes sont au chômage partiel.

Écouter le podcast

Le click & collect étant en plus interdit, les commerçants tentent tant bien que mal de s’adapter. Deux seulement ont opté pour la livraison à domicile. « C’est une minorité, oui », confie Maud Magnien.

Écouter le podcast

« Le problème, c’est qu’on ne connait pas la durée de la fermeture du centre commercial. Les boutiques ne savent pas où elles vont », conclut la directrice nivernaise.