Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

« Gilets jaunes » : vrais et faux barrages filtrants se multiplient en Centre-Val de Loire

17 novembre 2018 à 12h15 Par Rédaction
Crédit photo : Image d'illustration - Pixabay

Ce début d’après-midi, les points de blocages se multipliaient. Vibration fait le point, département par département.

Organisée par les « gilets jaunes », la journée de blocage des axes routiers dans toute la France se poursuit. Parmi les objectifs des manifestants : réclamer une baisse des taxes sur les carburants.

En Centre-Val de Loire, de nombreux barrages annoncés comme « filtrants » se sont révélés, en réalité, « bloquants ». Malheureusement, des incidents ayant occasionné des blessures sont également à signaler.

En Indre-et-Loire, au Centre Opérationnel Départemental, les services de la préfecture sont mobilisés depuis tôt ce matin. Contacté par Vibration, Samuel Gesret, sous-préfet de permanence, confirme le nombre de « 1300 manifestants répartis sur l’ensemble du département et principalement sur Tours Métropole ». Parmi les actions relevées et communiquées par le sous-préfet : « des blocages filtrants et moins filtrants, notamment sur certains ronds-points sclérosés » mais aussi « des barrages mobiles ainsi que des opérations escargot sur autoroute et des barrages pseudo filtrants qui se poursuivent au péage de Saint Maure de Touraine mais aussi celui d’Autrèche ».

Dans le Loiret, 2450 "gilets jaunes" ont été recensés sur tout le département. Répartis sur une vingtaine d'actions, notamment à Orléans. Cet après-midi, on observe le blocage du Pont Thinat, des ronds points de la RN 20 amenant au Centre Commercial Cap Saran ainsi que de nombreux ralentissements aux péages autoroutiers, au nord, comme au sud de la ville. La Préfecture du Loiret communique l’évolution de la situation sur son compte Twitter.


 



Dans le Cher, jointe par Vibration, la préfète Catherine Ferrier annonce la présence « d’un peu plus de 2000 manifestants à la mi-journée »…« majoritairement prêts à faire du filtrants ». Peu de bouchons signalés sur le département du Cher. Un incident grave est, malgré tout, à signaler : à Vierzon, un usager en colère a forcé un barrage en roulant vers un manifestant. Ce dernier, blessé à la hanche a dû être emmené par les services d’urgence.

Dans le Loir-et-Cher, 2500 manifestants seraient répartis sur l’ensemble du territoire, selon la préfecture. Cette derniere confirme la présence de barrages annoncés comme « filtrants » par les manifestants, mais qui se sont parfois révélés « bloquants », notamment à Romorantin et, plus tard dans la journée, à Salbris, Chouzy, Lamotte, Josnes ainsi qu’à Blois, rond point Cap Ciné. Dans ce département où des comportements dangereux ont été observés (demi-tours en pleine voie, circulation à contre-sens), trois blessés sont déjà à déplorer.

Dans l’Indre, la mobilisation des manifestants se concentre principalement autour d’Issoudun, La Châtre, Argenton, Le Blanc, Châtillon sur Indre, Valençay et Chabris. Pour l’agglomération de Châteauroux, les services du préfet Thierry Bonnier annoncent le blocage, à Saint Maur, du rond point de Lapeyre, à Déols, du rond point du Grand Verger et, dans le centre de Châteauroux, du rond point Deschizeaux, Lucie Aubrac et Bombardon.

Enfin, en Eure-et-Loir, la préfecture dénombre 500 manifestants sur l’ensemble du département. Ce dernier connaît principalement des opérations escargot. La plus importante aura touché la Nationale 12, sortie Dreux, en direction de Paris. Ce début d’après-midi, Juliette Aubrun, directrice de Cabinet de la préfète, confirmait à Vibration l’existence d’un blessé léger, "une jeune fille de 15 ans, prise à parti par un manifestant, ce samedi matin, alors qu’elle souhaitait se rendre dans un centre commercial, à Anet".

À l’échelle nationale, à 13h00, 2000 rassemblements de « gilets jaunes » et plusieurs blessés aux abords de barrages sont recensés. Un décès est également à signaler : une manifestante a été tuée ce samedi matin en Savoie. Selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner : « Une conductrice qui emmenait sa fille chez le médecin a été prise de panique quand les manifestants se sont mis à taper sur sa voiture et a foncé sur eux, percutant une femme ».