Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

La Nièvre confinée quatre semaines à partir de vendredi minuit

25 mars 2021 à 18h24 Par Guillaume Pivert
Nevers le reste de la Nièvre vont être reconfinés un mois.
Crédit photo : Pixabay

La Nièvre ainsi que l’Aube et le Rhône rejoignent les 16 départements confinés depuis vendredi dernier.

Un confinement similaire sera mis en place dans la Nièvre à partir de vendredi 26 mars, minuit, a annoncé ce soir Olivier Véran. La mesure sera en vigueur un mois a dit le ministre de la Santé.

Quelles sont les nouvelles règles?

- Les attestations seront à nouveau obligatoires entre 6 heures et 19 heures pour les déplacements à plus de 10 kilomètres de son domicile. En deçà, un justificatif de domicile suffit. C’est d’ailleurs dans ce rayon de 10 kilomètres qu’il est possible de faire du sport.

 

- Les déplacements inter-régionaux seront interdits sauf motifs impérieux ou professionnel.

 

- Les écoles maternelles, primaires et les collèges resteront ouverts. Au lycée, les classes seront divisées en demi-groupe. Pour les étudiants, il n’y a pas de changement.

 

- Les commerces non-essentiels vont fermer les portes. Les exceptions sont toutefois nombreuses : coiffeurs, libraires, disquaires, cordonnier, fleuriste, chocolatier, magasin de bricolage. Dans les grandes surfaces, les jauges vont être réduites.

Des indicateurs dégradés

 

Les annonces d’Olivier Véran ne sont pas une surprise, tant la situation est mauvaise dans la Nièvre. Le 19 mars, l’agence régionale de santé (ARS) évoquait « une nette progression » de l’épidémie dans l’ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté.


Dans la Nièvre, le taux d’incidence était de 274 pour 100 000 du 9 au 15 mars. Au 24 mars, il atteignait 329. Un chiffre en forte hausse et en particulier chez les plus de 65 ans, parmi les plus à risque face au virus. Une incidence élevée peut-être due à la part du variant britannique – plus contagieux, dans les cas positifs (84,8%).

 

Autre élément déterminant pour l’exécutif, la tension hospitalière. Dans le département, 167 personnes atteintes du Covid sont hospitalisées dont sept en réanimation. Ils occupent 58% des lits de ces services.