Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

La pénurie d'essence guette

30 mai 2017 à 13h43 Par Rédaction

La grève des salariés du transport routier de matières dangereuses a débuté vendredi en France. Elle s'est poursuivie hier et commence sérieusement à impacter les stations services du pays. On fait le point ce matin à 9h :

On ne devrait pas vivre la même pénurie qu’en 2016, en tout cas pas pour l’instant. Cependant, la CGT a appelé les transporteurs de carburants, gaz ou encore produits chimiques à débrayer fin de semaine dernière. Le syndicat a lancé un mouvement reconductible pour obtenir globalement une meilleure reconnaissance de la profession. Il entend amplifier ce mouvement en région.

Origine de la grève

Les représentants de personnels exigent depuis début mai l’ouverture des négociations avec leur direction. Ils réclament que la convention collective du transport routier soit mieux respectée, et que des « spécificités » propres aux matières dangereuses y soient insérée. Au cœur des revendications : une journée de travail de dix heures, un taux horaire minimal de 14 euros ou encore l’apparition d’un 13ème mois.

Conséquences de la grève : les premières pénuries

Même si la préfecture de police de Paris a tenu à préciser qu’aucune pénurie de carburants n’était à prévoir dans les prochains jours en Ile-de-France, la réalité du terrain est toute autre.
Lundi soir déjà, plusieurs automobilistes ont dû faire plusieurs stations services avant de trouver une pompe encore remplie du précieux liquide. En attendant d’avoir un retour, de nombreux salariés ont mis en place des barrages filtrants devant huit des neuf dépôts pétroliers de la région.

Qu’en est-il chez nous ?

Actuellement, les stations services ont encore assez d’autonomie pour permettre aux usagers de se ravitailler. Mais les jours sont comptés. C’est pourquoi l’application « Essence » a demandé à sa communauté d’utilisateurs de signaler les stations services à court de sans plomb, gazole ou tout simplement fermées. Pour l’heure, on dénombre une cinquantaine de stations, principalement en région parisienne, en pénurie partielle. Aucune en pénurie totale.

Parmi les stations impactées par le mouvement, on retrouve notamment celle du Super U de Bonny-sur-Loire (Loiret) qui ne délivre plus de SP98. Pour voir l’évolution de la situation des stations en France, ça se passe ici.