Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Le ‘’butt chugg’’ ou absorber de l’alcool via son anus: la tendance qui inquiète !

28 juillet 2017 à 20h00

On vous voit venir avec vos « berk, c’est dégueulasse ». Découvrez d’abord de quoi il s’agit...

Ok, on vous l’accorde, c’est complètement dingue et surtout complètement ri-di-cu-le. Le "butt chugg’’ ou si vous préférez en français le fait de se saouler en ingérant de l’alcool par son anus est une pratique extrêmement dangereuse. Et pourtant, c’est un mode de consommation d’alcool qui rencontre un certain succès auprès de jeunes américains et qui, bien évidemment, inquiètent de nombreux parents. En quoi ça consiste vraiment ?

DES ARGUMENTS BIDONS ?

En fouinant un peu partout sur la toile pour (tenter de) comprendre ce que cette pratique a de vraiment excitant, on a trouvé la vidéo ci-dessous. Une bande de Jackass (des "abrutis’’, en français) s’amuse à vider une bouteille de bière dans le rectum d’un volontaire. Pour eux, cela semble très amusant. Et pour cause, au contact des muqueuses, l’alcool, ou toutes autres substances dangereuses pour la santé, se propage plus rapidement dans le sang et donc jusqu’au cerveau. Ainsi, selon les adeptes du "butt chugg’’, absorber de l’alcool via l'anus leur permet d’atteindre rapidement un état d’ébriété tout en évitant le fait d’avoir une mauvaise haleine, des brûlures d’estomac, mais aussi le fait d’abîmer son foie et ainsi contourner les risques de cancer. Vous pensez que c'est du n'importe quoi ? On vous comprend.

DES DOULEURS ET IRRITATIONS LOCALES 

Selon des spécialistes, pour voir les premiers effets de l’alcool dans le sang il faut se vider l’équivalent de deux verres d’un alcool fort dans les fesses. Mais ça, c’est sans parler de la douleur et autres irritations locales pouvant survenir dès les prochaines heures.

Toutefois, le "butt chugg’’ n’est pas la seule alternative imaginée par ces jeunes "fous" pour éviter de devoir ingurgiter de l’alcool par la bouche. D’autres muqueuses du corps humain les ont tout autant inspiré : les yeux, le nez, le vagin pour les filles grâce notamment à des tampons préalablement trempés dans de l’alcool, mais encore ces fameuses voies anales via cette fois-ci des suppositoires imbibés d’alcool. Est-il vraiment nécessaire de rappeler que ces pratiques ne sont absolument pas à reproduire chez soi ?