Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Les agriculteurs pourront-ils encore utiliser le glyphosate en 2018 ?

25 octobre 2017 à 08h48 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : Illustration d'un épandage de pesticides / Pixabay

La Commission européenne souhaiterait renouveler la licence du glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde. Les États membres de l’Union européenne doivent prendre une décision aujourd’hui : arrêter ou poursuivre son utilisation. Réponse dans les prochaines heures :

Le comité européen se réunit ce matin à Bruxelles. Principal sujet de discussion : l’examen du dossier du glyphosate, ce puissant herbicide réalisé par le groupe américain Monsanto. La situation est urgente car sa licence européenne expire le 15 décembre prochain.

Qu’en pensent les agriculteurs français ?

Ils sont totalement en faveur d’un renouvellement du glyphosate. Selon eux, il reste indispensable à une production compétitive sur le marché mondial. En septembre dernier, plusieurs paysans avaient décidé de se mobiliser pour protester contre la décision de la France de s’opposer à la prolongation de l’usage du désherbant. En Maine-et-Loire, la FDSEA, principal syndicat départemental agricole, avait exigé qu’en l’absence d’alternative, les agriculteurs puissent encore utiliser ce produit.

Illustration d'une salle de conférence à la commission européenne de Bruxelles / Pixabay

Qu’en pense la France et les collectivités ?

L’avis de l’Etat français est mitigé sur le sujet. Si Matignon s’est fermement engagé à ne pas voter un renouvellement pour une autre décennie, tout n’est pas si catégorique. Le ministre de la Transition écologique et solidaire souhaiterait une nouvelle autorisation pour trois années au maximum, quand son collège de l’agriculture et de l’alimentation préférerait une prolongation pour cinq à sept ans.

Du côté des collectivités, la prise de conscience a déjà eu lieu. Certaines acceptent progressivement de se passer du glyphosate par le biais de l’initiative « zéro pesticide ». L’objectif étant aussi de lutter contre les rejets de cet herbicide qui polluent de nombreux cours d’eau français.

Qu’en pense la communauté scientifique ?

Le glyphosate est suspecté d’être cancérogène. Ce sont les conclusions rendues en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer. Ce dernier estime que le désherbant est mutagène, cancérogène pour l’animal et probablement aussi pour l’homme. De leur côté, l’Autorité européenne de sécurité des aliments et l’Agence des produits chimiques arrivent à une conclusion inverse. C’est d’ailleurs sur ces deux opinions que s’est appuyée la Commission pour fonder sa proposition de renouvellement. Réponse attendue (normalement) dans la journée.