Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Les enseignants dans le flou à la veille de la rentrée

31 août 2020 à 06h00 Par Alicia Méchin
Les enseignants dans le flou à la veille de la rentrée
Crédit photo : Philippe LOPEZ / AFP

C’est le jour J pour les enseignants qui font leur pré-rentrée, ce lundi 31 août. Une rentrée particulière en raison de la crise sanitaire. En Bourgogne, Nouvelle-Aquitaine et partout ailleurs, ils dénoncent une rentrée dans le flou le plus total…

Les enseignants reprennent le chemin de l’école avec des questions plein la tête ! En effet, beaucoup dénoncent le manque d’informations relatives à la crise et au protocole. Si le message est clair concernant le port du masque, les interrogations restent nombreuses, malgré les annonces du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, comme le souligne Julien Dupont, secrétaire départemental du SNES-FSU de la Vienne :

 

Écouter le podcast

 

Même son de cloche du côté des enseignants du primaire, qui ne s’estiment pas plus avancés que leurs collègues du secondaire. Gilles Tabourdeau, secrétaire départemental du SNUipp-FSU de la Vienne, s’interroge quant au protocole en cas d’aggravation de la situation sanitaire :

 

Écouter le podcast

 

À en croire donc les témoignages des syndicats enseignants, les premiers jours ou premières semaines seront des tests. Chaque établissement va devoir un peu s’adapter selon ses envies.

 

Une rentrée mal préparée ?

 

En Bourgogne, le SNUipp de la Nièvre a préféré avancer la pré-rentrée des enseignants du primaire pour tenter d’anticiper au maximum. Ils ont donc repris le chemin de l’école vendredi dernier, le 28 août. Mais là encore, des questions restent en suspens, notamment concernant les masques, obligatoires pour les enseignants. Explications de Coralyse Mazzotti, secrétaire départementale du SNUipp-FSU de la Nièvre :

 

Écouter le podcast

 

Des ajustements risquent donc d’être opérés semaine après semaine, mais les syndicats attendent des directives claires. Ils espèrent notamment que le Comité d’Hygiène, de sécurité et des conditions de travail, le CHSCT, pourra porter à la connaissance du ministère du Travail, les problèmes rencontrés par les établissements. Mais surtout, qu’il apportera des réponses.