Info générale

Les médecins libéraux inquiets de ne plus voir de patients hors Covid-19

15 avril 2020 à 07h20 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. La fréquentation des cabinets médicaux a fortement chuté.
Crédit photo : Pxhere

Les médecins libéraux tirent la sonnette d’alarme. Le nombre de patients hors Covid-19 a fortement chuté ces dernières semaines, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences.

Les médecins libéraux sont inquiets. Ils ont décidé de lancer un appel car depuis le début de l’épidémie de coronavirus et le confinement mis en place, leurs cabinets se sont vidés. Selon l’URPS, l’Union régionale des personnels de santé, les patients seraient ainsi 40% moins nombreux chez les généralistes, 70% chez les spécialistes. Pour Eric Blondet, président de l’URPS en Bourgogne-Franche-Comté, les raisons sont multiples. « La première, c’est d’abord la crainte d’être contaminé », explique-t-il. « Il y a aussi la peur d’être verbalisé, pour un motif qui ne serait pas jugé assez urgent par les forces de l’ordre. Et également la peur de déranger. »

Écouter le podcast

Maintenir le suivi de pathologies qui le nécessitent 

Problème, des symptômes anodins peuvent vite se transformer en complications s’ils ne sont pas pris en charge à temps, rappellent les médecins. Ils invitent également à maintenir le suivi de pathologies qui le nécessitent. « En premier lieu, les pathologies cancéreuses », confie Eric Blondet. « Les suivis de grossesse, aussi. Les visites réglementaires pour les nourrissons, les vaccins chez l’enfant, etc. Plus largement, à partir du moment où on ressent un signe clinique inhabituel, on doit appeler son médecin ».

 

Écouter le podcast

Ne pas hésiter à appeler son médecin

Généralistes comme spécialistes se sont d’ailleurs adaptés à cette situation exceptionnelle. Si se déplacer immédiatement au cabinet médical n’est pas forcément recommandé, il ne faut pas hésiter à appeler au moins doute, poursuivent les médecins. « Ils vont pouvoir vous conseiller sur la nécessité d’avoir un examen clinique, soit par téléconsultation, soit sur place », ajoute Eric Blondet. « On est tous organisés, avec des créneaux dédiés pour les patients suspectés d’être porteurs du Covid-19, et d’autres pour ceux qui viennent pour un autre motif. »

 

Écouter le podcast

 

Renoncer à contacter un médecin, « c’est prendre le risque d’un retard de diagnostic et de prise en charge », rappelle l’URPS, avec un risque de séquelles plus tard.