Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Londres : elle assistait à des funérailles pour manger au buffet

28 septembre 2017 à 08h04 Par Benoit Hanrot

Manger gratuitement à volonté. C’est sans doute l’idée qui a germé dans la tête d’une Britannique de 65 ans. Cette dernière est accusée d’avoir assisté à des funérailles de parfaits inconnus dans le seul but de couper sa faim. Et ce pendant 14 ans. Récit :

Nom : Theresa. Prénom : Doyle. Nationalité : Anglaise. Âge : 65 ans. Signe particulier : à la fâcheuse habitude de s’empiffrer au buffet des funérailles de personne qu’elle ne connaît pas. En effet, cette (probable) retraitée n’a pas froid aux yeux. La menteuse n’hésite pas à se faire passer pour une invitée pour rallier rapidement l’espace « petits fours ». Pire, elle n’a aucun scrupule à raconter de fausses anecdotes aux invités sur sa prétendue rencontre avec le ou la défunt(e).

Un petit jeu qui a duré 14 ans

Après 14 années de tromperie, sa technique était bien rodée. La sexagénaire avait pris l’habitude de manger au buffet, allant parfois jusqu’à remplir son Tuperware avant de remonter sur son vélo pour prendre la direction d’une nouvelle cérémonie. D’ailleurs, elle était toujours en possession d’une tenue noire qu’elle revêtait à son arrivée à l’église puis replaçait dans son panier. Mais ce petit jeu ne pouvait pas durer indéfiniment.

Lors d’une énième cérémonie, la mère de la défunte est venue lui parler. Cette dernière ne s’est pas débinée et a confirmé à son interlocutrice qu’elle avait travaillée avec sa fille en tant que serveuse. Or, la victime n’avait bien évidemment jamais travaillé comme serveuse. Ce qui a mis la puce à l’oreille de la maman.

Du côté de l’église où les paroissiens avaient l’habitude de la voir, le prêtre a tempéré son discours, estimant qu’en bonne femme catholique, elle était convaincue de devoir assister à autant de messes que possible. Pas assez convaincant pour certains locaux qui ont tout simplement décidé de ne plus faire d’annonce dans le journal pour prévenir les funérailles d’un proche, afin d’éviter qu’elle se présente à la cérémonie.