Info locale

Malgré le déconfinement, les viticulteurs peinent à trouver des débouchés

18 mai 2020 à 12h35 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. Des vignes dans le Sancerrois.
Crédit photo : Commons - Frederick Wildman and Sons, Ltd

Restaurants fermés, exports limités… Les viticulteurs peinent à vendre leur vin ces dernières semaines en raison des mesures prises pour lutter contre le coronavirus.

Tous les secteurs n’étaient pas à l’arrêt pendant le confinement. Dans les vignes, par exemple, les viticulteurs ont pu continuer leur travail. Problème, aujourd’hui, « il n’y a quasiment plus de commandes », explique Rosalinde Jaarsma, la directrice du Bureau interprofessionnel des vins du Centre-Loire (BIVC), qui regroupe plusieurs appellations du Cher, de la Nièvre ou encore du Loiret. « C’est compliqué pour nous car on vend très peu de vins à la grande distribution alors que c’est le seul canal qui continue à fonctionner ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes : avant le confinement, les vins de la région étaient vendus à 50% à l’export et 45% dans les réseaux de restauration et de bars. « 80 à 90% des commandes habituelles n’ont pas été faites », confie Rosalinde Jaarsma.

 

Écouter le podcast

 

Trouver d'autres canaux de distribution

Si les commandes et donc les rentrées d’argent sont à l’arrêt, les dépenses, elles, sont encore bien présentes : salaires, charges incompressibles, etc. « L’avenir, on l’envisage avec une certaine inquiétude mais on a espoir que les choses redémarrent rapidement », explique Rosalinde Jaarsma, qui craint tout de même que 30 à 40% des restaurants fassent faillite. « La simple réouverture des restaurants ne nous permettra donc pas de revenir à la situation habituelle. Il faudra trouver d’autres canaux de distribution, de nouveaux marchés, de nouveaux clients. »

 

Écouter le podcast

 

Vente en ligne ?

 

La profession va donc devoir se réadapter. « Peut-être que la vente aux particuliers va prendre une part plus importante ? », imagine la directrice du BIVC. « La vente en ligne connaît aussi par exemple un boom important. On peut envisager l’organisation de masterclass en ligne, de salons professionnels en ligne… Il faut être créatif, même si le vin, c’est aussi l’humain et le contact. Mais les choses vont changer et il va falloir être ouvert au changement. »

 

Écouter le podcast

Les vins du Centre-Loire regroupent aujourd'hui plusieurs appellations telles que Sancerre, Pouilly, Côteaux de Tannay ou encore Côteaux du Giennois.