Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Nevers : un homme retrouvé avec une flèche dans le cœur !

04 octobre 2017 à 13h48 Par Diane Thibaudier

Son corps a été découvert dans un cabanon attenant à une maison de Nevers lundi soir. Il pourrait s’agir d’un suicide selon les enquêteurs.

Voilà un drame bien mystérieux dans la Nièvre. Il a été révélé par le Journal du Centre ce mercredi 4 octobre. Le corps d’un homme d’une cinquantaine d’années a été découvert dans un cabanon à Nevers lundi soir. Le local était attenant à la maison qu’il occupait avec sa mère et son frère. C’est d’ailleurs son frère qui l’aurait retrouvé dans le cabanon, avec une flèche d’arbalète en plein cœur. C’est lui qui a appelé les secours et les forces de l’ordre. Mais l’homme n’a pas pu être sauvé. Pour le moment, les enquêteurs n’excluent aucune hypothèse dans cette affaire. Une autopsie a été ordonnée par le parquet, elle doit être pratiquée ce mercredi au centre hospitalier de Clermont-Ferrand, afin d’en savoir un peu plus. Pour le moment, les pistes de l’homicide, de l’accident et du suicide seraient envisagées.

 Une dispute à l’origine du drame ?

Cependant, l’homme de 55 ans avaient des idées noires depuis plusieurs mois selon les premiers éléments de l’enquête. Il avait d’ailleurs déjà tenté de se suicider par le passé. L’arme, une arbalète, a été retrouvée près de la victime. Les forces de l’ordre s’orienteraient vers un acte désespéré. Le quinquagénaire aurait pu positionner l’arbalète sur ses genoux en direction de son thorax avant de décocher la flèche qui l’a tué sur le coup.

Les proches de la victime ont déjà été entendus par les forces de l’ordre. Selon eux, une dispute a éclaté entre les trois membres de la famille peu avant le drame. Le quinquagénaire avait alors quitté l’habitation. Son frère, inquiet de ne pas le voir revenir après de longues minutes, serait allé le chercher. C’est à ce moment-là, qu’il aurait retrouvé le corps de l’homme dans le cabanon. Le médecin légiste n’a pas délivré le permis d’inhumer à ses proches, étant donné les circonstances du drame.