Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

On en sait plus sur la "petite inconnue de l'A10" !

15 juin 2018 à 06h44 Par Diane Thibaudier
Crédit photo : pixabay

La petite fille avait été retrouvée sans vie en bordure de l'A10 dans le Loir-et-Cher en 1987. Personne n'avait réussi à l'identifier jusqu'à cette semaine. Explications.

Elle s'appelle Inass Touloub, elle est née le 3 juillet 1983 à Casablanca, au Maroc. Elle a vécu 18 mois sur place avec sa grand-mère maternelle, avant de rejoindre ses parents à Puteaux au début de l'année 1985. Le 11 août 1987, le corps de la fillette avait été retrouvé en bordure de l'A10 dans le Loir-et-Cher, près de Suèvres. Personne n'avait pu identifier la petite fille, des milliers d'écoles avaient été interrogées afin d'essayer de comprendre d'où venait l'enfant. 

Une version des faits très différente...

L'enquête a fait un bond cette semaine. Suite à des analyses ADN effectuées sur la couverture retrouvée avec l'enfant à l'époque, un individu a "matché" récemment lors qu'une enquête pour d'autres faits. Le procureur de la République de Blois a donné une conférence de presse hier soir. Il a confirmé qu'il s'agissait d'un frère de la victime, qui a donc pu permettre l'identification de ses parents : deux sexagénaires vivant en région parisienne. 

Le couple placé en détention provisoire

Les parents ont été placés en garde à vue et entendus. Leur version des faits est différente. Le père de la petite fille assure que sa femme le dominait et qu'elle frappait leurs enfants. La mère d'Inass explique, de son côté, qu'elle a pu être violente avec la petite fille, mais qu'elle était aussi sous l'emprise d'un mari extrêmement violent. Ni l'un, ni l'autre n'a reconnu avoir tué l'enfant, qui serait décédée d'épuisement physique à force de violences. Le père de la fillette a en revanche avoué avoir abandonné le corps de la petite Inass sur le bord de la route, en partant pour le Maroc. 

Les deux parents ont été mis en examen pour meurtre, recel de cadavre et violences volontaires. Ils ont tous les deux été placés en détention provisoire.