Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

"Oui ou non" : elle parodie la chanson d'Angèle pour décrocher un emploi (vidéo)

17 juin 2020 à 11h20 Par A.L.
Le célèbre tube d'Angèle, "Oui ou non", a inspiré une jeune femme en recherche active d'emploi.
Crédit photo : Capture d'écran clip "Oui ou non"

Alors qu'Angèle continue de faire un carton avec ses chansons, la chanteuse belge a inspiré Tiffany Mazars, une jeune femme licenciée pendant la crise du Covid-19, qui a parodié le titre "Oui ou non" pour faire son CV en vidéo.

Si Angèle n'a pas été sacrée pour son clip Oui ou non aux dernières Victoires de la Musique, sa célèbre chanson fait toujours un carton, plusieurs mois après sa sortie. En effet, Tiffany Mazars, une jeune femme originaire de Bréal-sous-Montfort, près de Rennes, a réalisé une parodie du titre de la chanteuse belge après avoir perdu son emploi dans la communication au mois de mars à cause du Covid-19. Le but ? Taper dans l'oeil des recruteurs ! Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle a réussi ! En moins de quelques jours, sa vidéo a littéralement fait le buzz sur la toile. Cumulant plus de 50 000 vues sur LinkedIn, et plus de 10 000 sur YouTube depuis sa publication lundi après-midi, ce C.V. animé est un véritable carton. Je n’ai reçu que des messages positifs. J’ai déjà pu décrocher quelques entretiens. Ce matin, j’ai eu un échange vraiment prometteur, a confié Tiffany à Ouest France.

"J’ai été licenciée pour motif économique. Et je voulais tenter quelque chose d’innovant pour retrouver un travail dans le domaine de la com’ et de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises, ndlr)", a-t-elle continué aurpès du site régional Actu Rennes. "Ma fille de deux ans et demi adore 'Oui ou Non'. J’ai sorti mon portable et j’ai fait la vidéo en 30 minutes. Je tiens tout de même à m’excuser auprès d’Angèle d’avoir détruit sa chanson !", a lâché Tiffany. Atteinte de fribromyalgie, une maladie chronique entraînant des douleurs musculaires et articulaires, la jeune femme milite pour le télétravail. "Le seul mode de fonctionnement qui me convienne est le télétravail total. Forcément, ça me discrimine sur le marché du travail. C’est aussi ça mon combat : montrer que le handicap n’empêche pas d’être plein de ressources", a-t-elle confié à Ouest France
Avis aux recruteurs ! Son profil vous intéresse ? Vous pouvez la contacter à cette adresse : [email protected] !