Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Pourquoi les femmes sont-elles autant attirées par les « bad boys » ?

16 novembre 2017 à 06h15 Par Caroline Piveteau
Crédit photo : pexels.com

Il vous est peut-être déjà arrivé de tomber sous le charme d’un « bad boy ». Vous savez, ces garçons qui aiment se mettre en avant, rouler des mécaniques et qui ne sont pas plein de bonnes intentions. Et bien, il y a une vraie raison à cette attirance.

Qu’on se le dise, un mauvais garçon n’est pas toujours un voyou. Selon certains spécialistes, un « bad boy » est avant tout un garçon qui ne nous aime pas et qui risque de nous faire du mal. Pas très attirant n'est-ce pas ? Alors, pourquoi les femmes sont-elles attirées par ces mauvais garçons ?

La plupart du temps, les bad boys sont des garçons inaccessibles et qui nous résistent. C'est bien connu, lorsqu’une personne ne nous prête pas d'attention, elle nous attire davantage. D’après une étude menée en 2011 par des chercheurs de Harvard et de l’University de Virginie, les femmes préféreraient les hommes qui les ignorent à ceux qui leurs envoient des messages. L’esprit de contradiction sûrement…

Autre théorie, beaucoup de femmes ignorent réellement ce qu'elles cherchent vraiment. Résultat, elles multiplient les relations amoureuses toxiques. Pour ce type de femme, une histoire se cache souvent derrière ce comportement, comme un manque d'amour paternel par exemple.

La raison de ce comportement est également scientifique. Selon une étude américaine de l’Université du Texas, les femmes en pleine période d’ovulation sont attirées par les beaux-parleurs, y compris ceux qui ne les attirent pas en temps normal. La raison : elles s’imaginent qu’ils pourraient être de bons pères, avant même de savoir s’ils sont fiables ou pas.

Enfin, la raison la plus « machiavélique »: l’envie de sortir de l’anonymat. Pour certaines femmes, fréquenter des personnes charismatiques permet avant tout de briller à ses côtés et de sortir de l’oubli. Malheureusement, ces relations superficielles ne durent jamais longtemps.