Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Région Centre : la surpopulation carcérale continue d’augmenter

22 décembre 2017 à 07h25 Par Benoit Hanrot
Crédit photo : La surpopulation carcérale : un débat sans fin / Pixabay

C’est un débat sans fin : comment faire pour réduire le nombre de prisonniers en France ? En attendant que cette question soit débattue, le constat lui reste alarmant. En Centre-Val de Loire, le nombre de détenus est en forte progression excepté dans une prison. Décryptage :

C’est un nouveau record qui devrait être atteint en Centre-Val de Loire : celui de nombre de personnes détenues derrière les barreaux. La hausse la plus significative est à mettre à l’actif de la maison d’arrêt d’Orléans – Saran qui compte désormais 524 détenus. Pour rappel, l’établissement pénitentiaire en détenait 403 en janvier dernier alors qu’il n’est déjà pas censé en accueillir plus de 394.

Du côté des prisons de Bourges et de Blois, le ministère de la Justice nous apprend qu’elles en compteraient une trentaine de plus qu’au début de l’année. Seule exception : celle de Tours où le nombre de prisonniers est en baisse.

La surpopulation carcérale : un enjeu toujours pas résolu

Différents gouvernements se sont succédés mais le problème demeure. La surpopulation carcérale est présente sur l’ensemble du territoire. Dans la région, ce sont les maisons d’arrêt de Blois et de Tours qui possèdent le taux le plus élevé, 143%, soit la moyenne nationale. Viennent ensuite les établissements avec des densités légèrement moins élevées comme Orléans-Saran (133%), Bourges (123%) ou encore Châteauroux (107%).

Plusieurs pistes sont à l’étude pour endiguer le phénomène comme la création de nouvelles places ou encore la modification de certaines peines en heures de travaux d’intérêt général. En octobre dernier, Emmanuel Macron avait d’ailleurs annoncé vouloir créer une Agence des Travaux d’intérêt général. La France a d’ailleurs été condamnée à plusieurs reprises par la Cour Européenne des droits de l’Homme pour ses conditions de détention.