Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Santé : retour du Levothyrox en pharmacie

02 octobre 2017 à 08h44 Par Benoit Hanrot

Le soulagement pour les trois millions de consommateurs et les associations qui les défendent. Le Levothyrox est de retour en pharmacie. Un retour souhaité par de nombreux patients qui souffraient d’effets indésirables dont l’origine reste inconnue, depuis la mise en service de la nouvelle formule du médicament. Décryptage :

Un retour en pharmacie

Les pharmacies pourraient bien être dévalisées aujourd’hui. Non, tout le monde n’a pas fait la fête hier soir et ne cherche pas à soulager un mal de tête chronique. Il n’empêche, les professionnels s’attendent à voir débarquer les patients utilisant le Levothyrox. L’ancienne formule est disponible à compter de ce jour, en stock limité. Un soulagement pour de nombreux malades qui se plaignaient de la nouvelle formule, qui leur provoquaient des troubles graves et persistants non résolus jusque-là.

Censé soulager leurs maux liés à l’hyperthyroïdie, le médicament avait tendance à provoquer des effets indésirables à ses utilisateurs. Certains vivaient un véritable enfer, allant de l’insomnie à la perte de cheveux en passant par des douleurs musculaires. Tous ces effets semblaient surtout dus à des problèmes de dosage. Tout est réglé mais pour combien de temps ?

Mais temporaire

Le principal problème, c’est que le retour à l’ancienne formule est temporaire et surtout limité en quantité. C’est pourquoi beaucoup de praticiens recommandent aux patients de continuer avec le Levothyrox actuel. Pour rappel, la formule a été modifiée à la demande de l’Agence du Médicament (ANSM) dans le but de rendre le médicament plus facile à utiliser par le plus grand nombre.

Problème, les doses ont changé, tout comme le nombre de comprimés. Ceci explique en partie les difficultés rencontrées par de nombreux malades, avec l’ancienne formule, pour trouver la dose qui leur convient. L’autre problème était au niveau de la communication. L’ANSM a envoyé une lettre aux professionnels de santé pour les avertir du changement de formule. En revanche, elle préconisait un suivi inchangé à la plupart des patients. Surprenant lorsque l’on voit les résultats aujourd’hui.