Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

SNCF : Ras-le-bol des usagers de la ligne Orléans - Tours

19 avril 2017 à 12h25 Par Rédaction

Ils n'en peuvent plus. Les usagers SNCF de la ligne ferroviaire Orléans - Tours fustigent la dégradation de la qualité de service des transports. A cela s'ajoute une absence de dialogue dénoncée aujourd'hui par une association d'usagers.

Dégradation du service public

En théorie, il faut en moyenne 1h16 pour rejoindre Orléans à Tours via un Intercité ou un TER. En théorie seulement. Car dans la pratique, tout ne roule pas comme sur des rails. Outre les retards, le président du Collectif Gares Val de Loire (CGVL), Pascal Foulon, a des raisons d’être en colère. Il dresse un constat sur la dégradation du service public :

  • Une promesse non-tenue :

Le TER au départ d’Orléans vers 12h15 en direction de Blois devait être remis en service après les travaux de la gare blésoise. Cette promesse avait été faîte à l’époque lors d’une réunion publique avec le Vice-Président des Transports du Conseil Régional. Les travaux sont finis depuis longtemps mais toujours pas de train à l’horizon à la mi-journée.

  • Des trains supprimés durant les périodes de vacances :

Deuxième point noir : la fatidique période de vacances scolaires. Durant ces périodes (avril, été), trois TER sont supprimés quotidiennement sur cette même ligne, avec des répercussions pour les usagers de certaines gares. Pascal Foulon explique par exemple qu’en raison de la suppression du train de 19h09, les salariés doivent quitter leur travail à 16h (Paris, Blois) et 17h (Orléans) pour être sûrs de pouvoir rentrer chez eux.

  • Deux gares « disparaissent ».

La SNCF va supprimer les arrêts Beaugency et Amboise pour le train au départ d’Orléans à 17h02. Résultat, les gens arrivant d’Orléans ou des Aubrais ne mettront plus 13 minutes pour atteindre Beaugency mais bien 26 minutes via le TER suivant, qui devrait également être surchargé. La compagnie de transport explique sa décision par le fait que les arrêts ont été créés il y a deux ans, de manière provisoire, à la suite de gros travaux sur la ligne.

Absence de dialogue  

L’autre problème rencontré aujourd’hui par l’association des usagers de la ligne, c’est la rupture de dialogue avec le Conseil Régional Centre Val de Loire, qui gère l’organisation des Transports dans la région. Elle dénonce :

  • La suppression du temps d’échanges annuel avec les différents acteurs du transport ferroviaire.
  • Le fait que la situation en région Centre Val de Loire ne soit pas évoquée lors du passage à Orléans de Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, le 10 Novembre dernier.
  • Le manque de suivi du Conseil Régional dans les demandes formulées par les différents collectifs d’usagers de la région. De plus, malgré les 51 jours de grève durant le 1er semestre 2016, aucun usager n’aurait été dédommagé (ce qu'avait fait la SNCF en Bourgogne-Franche-Comté). Ce qui avait entraîné par la suite une grève de la présentation des titres de Transports de la part des voyageurs.

Pour couronner le tout, un courrier d’alerte a été envoyé par CGVL à tous les Maires de la ligne Orléans – Tours dont certains ont déjà fait savoir leur mécontentement.