Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Too Good To Go : une application contre le gaspillage alimentaire

16 juin 2017 à 20h37 Par Rédaction

L'application de lutte contre le gaspillage alimentaire, « Too Good to Go » débarque à Angers, Orléans et Blois. Elle propose aux petits commerces des centres ville de le vendre leur invendu à prix cassé plutôt que de les jeter.

Que faire de la dernière tarte au citron qui reste dans la vitrine alors que la boulangerie ferme ? Une nouvelle application se charge de trouver un preneur. « Too Good To Go » propose à ses utilisateurs de récupérer cette tarte au citron pour un prix cassé. Elle pourrait être acheté 0,75 centimes sur la plateforme contre 3 euros d’ordinaire. Restaurants, boulangeries, épiceries et supermarchés peuvent ainsi se séparer de leurs invendus sans avoir à les jeter à la poubelle.

Déjà plusieurs commerçants de la région s’y sont mis 

Dans la région Centre-Val de Loire, deux commerces sont partenaire de l’application « Too Good To Go ». Il s’agit d’une épicerie à Blois et d’un restaurant japonais à Orléans. Dans les Pays de le Loire, ils sont nombreux à Angers à s’être inscrit. On nommera par exemple, « les Frères Boucher », la « Boulangerie Eugénie » ou encore le primeur « Les Halles de la Visitation ». Plus largement, sur toute la France, « Too Good to Go » compte 1000 commerces répartis dans les 23 villes françaises.

Comment ça marche ?

L’application « Too Good to Go » fonctionne sur smarthphone. Grâce à la géolocalisation pour pouvez alors trouver d’un coup d’œil les commerces partenaires à côté de chez vous. Il faut quand même s’inscrire pour pouvoir y accéder et voir les produits qu’il reste.  Une fois votre commande passée, le commerçant prépare alors « une boîte surprise » que vous passez chercher ensuite

Lutte contre le gaspillage

L’objectif de cette application est avant tout de lutter contre le gaspillage alimentaire. Chaque année, en France, ce sont 10 millions de tonnes de nourritures qui sont perdues ou gaspillées. La part des restaurants et des commerçants reste minime (1,6 millions de tonnes) par rapport à celle des foyers qui gaspillent 5,2 millions de tonnes de produits alimentaires, selon l’ADEME.