Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Tours : l’équipe de chirurgie cardiaque pédiatrique s’inspire du Japon

25 février 2019 à 11h41 Par Alicia Mechin
Image d'illustration
Crédit photo : Pixabay

L’équipe de chirurgie cardiaque pédiatrique du CHU de Tours vient de réaliser une intervention selon la procédure japonaise OZAKI. C’est une première en France !

Opérer des tout-petits peut parfois être lourd de conséquence. Les chirurgiens recherchent donc continuellement des méthodes pour permettre aux enfants opérés d’acquérir ou de recouvrer un confort de vie le plus normal possible. Ils se penchent alors régulièrement sur ce qui se fait partout dans le monde. De cette manière, l’équipe de chirurgie cardiaque pédiatrique de Tours s’est penchée sur la technique japonaise Ozaki.

Pour la première fois, cette technique développée par le professeur Ozaki a été pratiquée en France, dans l’équipe des Docteurs Neville et El Arid, au bénéfice des enfants atteints de malformation congénitale de la valve aortique. Dans ce type d’opération, une problématique se pose : celle des implants et des anticoagulants. L’objectif pour les praticiens est de les limiter le plus possible. L'équipe du CHU de Tours a dans un premier temps introduit une nouvelle technique de Ross, seule technique qui permet au patient jeune une espérance de vie similaire à la population générale. Comme le souligne le communiqué du CHU, « Cette solution implique une reprise chirurgicale pour traiter la dégradation de l'homogreffe au cours de la vie ».

La technique japonaise du Pr Ozaki permettrait alors de préserver les bénéfices du Ross sans les points problématiques.
 « Cette procédure permet aux patients japonais de bénéficier, depuis maintenant 8 ans de solutions extrêmement efficaces, sans prothèse, sans matériel hétérologue, sans anticoagulant ».

Cette technique pourrait également être utilisée par des patients plus âgés, jusqu’à 45 ans. L’équipe du CHU de Tours imagine d’ores et déjà prendre en charge une quinzaine de patients par an.