Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Transport: avec ce gadget, les parents seront plus rassurés

31 mai 2017 à 12h19 Par Rédaction

En Indre-et-Loire, le département et l'association TransDev Touraine viennent de mettre en place un moyen de savoir si vos enfants vont bien à l'école. Ils viennent de lancer le bracelet électronique pour suivre les jeunes quand ils prennent le bus. Explications :

Il est vert, ressemble à une montre et pourrait bientôt faire partie du quotidien des enfants de toute la Touraine. Un bracelet électronique vient de faire son apparition en Indre-et-Loire. L’appareil sert avant tout à localiser son porteur à n’importe quelle heure de la journée. Pratique pour les parents qui ne peuvent pas accompagner ou aller chercher eux-mêmes leurs progénitures à l’école.

Comment ça marche ?

Le bracelet peut se porter de deux façons différentes : accroché solidement au poignet de l’enfant ou placé dans la poche de son sac à dos. Il est doté d’un GPS interne qui le relie directement à l’application Smartphone Groupeer. Grâce à cette application, le chauffeur de bus peut à tout moment, compter le nombre d’enfants qui monte ou descend de son véhicule.

Quel est son but ?

L’appareil a deux objectifs : rassurer les parents qui n’ont pas la possibilité d’avoir un œil sur leurs enfants au moment de l’école. Et surtout pour les chauffeurs, évitez qu’un jeune ne soit oublié dans le bus à la fin du ramassage scolaire. On a déploré de nombreux cas ces dernières années. Pour rappel, cela était arrivé à Mennetou (Loir-et-Cher) en mars 2011, à Ballan-Miré (Indre-et-Loire) en décembre 2014, dans la Marne en novembre 2016, puis en décembre 2016 en Seine-Maritime et plus récemment en janvier dernier dans la Manche.

Qui en bénéficie ?

Pour le moment, le dispositif est testé dans deux villes d’Indre-et-Loire : A Auzouer-en-Touraine et à Vouvray. L’expérimentation concerne une vingtaine de jeunes allant de la maternelle à la primaire. A l’avenir, il faudra débourser 10€ par an pour pouvoir en bénéficier. Si l’expérience porte ses fruits, elle pourrait être étendue à d’autres communes limitrophes et pourquoi pas à tout le département. Affaire à suivre.