Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Un Tourangeau lutte contre le gaspillage alimentaire à pédalo

03 mai 2017 à 17h27 Par Rédaction

Baptiste Dubanchet traverse l'océan Atlantique en pédalo en ne consommant que des produits destinés à être jetés pour dénoncer le gaspillage alimentaire. Après ses treize premiers jours en mer, il fait escale au Maroc, ces derniers jours.

A 27 ans, Baptiste Dubanchet s’attaque au problème du gaspillage alimentaire, grâce à son opération « La Faim dans le Monde » en se lançant dans une aventure originale. Le jeune tourangeau s’est fixé pour objectif de rallier Paris à New-York en pédalant. On peut suivre tout son périple sur Facebook ou sur le portail géovoile.

Première étape : à vélo jusqu’à Gibraltar

Baptiste quitte Paris en janvier à vélo. Il traverse toute la France et l’Espagne pour rejoindre Gibraltar, avant de retrouver son embarcation, un pédalo de sept mètre cinquante, à Agadir, le 17 février dernier.

Départ d’Agadir mouvementé

Après la mise à l’eau du pédalo, et les quelques avaries sans gravité qui ont suivi, Baptiste quitte la terre ferme le 9 avril dernier. Mais la météo est capricieuse. Une dépression météorologique empêche l’avancée du bateau. Après treize jours de mer, le tourangeau a dû se faire remorquer par des pêcheurs dans un port au sud du Maroc. Il y est toujours pour finir quelques réparations, et devrait reprendre la mer prochainement pour mettre le cap sur la Martinique.

Lutte contre la DLUO

Baptiste mène son aventure avec pour seule nourriture, des produits dont la date limite d’utilisation optimale (DLUO) est dépassée depuis plus de dix ans pour certains. Il mange des produits secs, comme du riz ou des pâtes, que beaucoup de consommateurs auraient jeté à la vue de cette date. Le tourangeau souhaite montrer que ces produits sont toujours bons et demande aux industriels de supprimer l’affichage de la DLUO pour éviter le gaspillage. Pour y parvenir, il a également lancé une pétition en ligne. Baptiste se nourrit aussi de fruits lyophilisés. Il milite pour que cette méthode, qui consiste à vider les fruits de leur eau soit plus utilisée, car cela éviterait, selon lui, de jeter les fruits abîmés par le transport.