Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

Un voleur pris la tondeuse sous le bras !

30 mai 2017 à 13h43 Par Rédaction

En Indre-et-Loire, un habitant de Pernay a été très étonné de découvrir que sa tondeuse à gazon circulait en pleine départementale. En réalité, l'appareil était dans les mains d'un voleur qui ignorait qu'il contenait un GPS. Le récit :

La commune de Pernay, située au nord-ouest de Tours fait décidément l’actualité. Après l’épisode du Teknival, une nouvelle affaire a fait parler d’elle. Dimanche après-midi, sous la chaleur accablante du soleil, une tondeuse à pelouse est située dans le jardin de la propriété d’un habitant de la commune. Il s’agit d’un modèle dernier cri qui a l’avantage d’être totalement autonome. Un homme repère l’appareil et décide de le dérober dans l’après-midi. Pour cela, il utilise une pince coupante pour découper le grillage avant de placer l’appareil dans sa voiture.

 

Un système de GPS

Son plan aurait pu fonctionner s’il n’avait pas oublié un détail qui a son importance. Le robot est équipé d’un GPS, pour que son propriétaire puisse le retrouver en cas de sortie des limites dans lesquelles il doit se trouver. Ce qui devait arriver, arriva.

Une alerte est envoyée à son propriétaire pour lui signaler que l’appareil se trouve non pas dans le jardin mais bien… sur la départementale 948 et qu’il est en passe de quitter la commune de Pernay. Ce dernier saute dans sa voiture et se rend quelques kilomètres plus loin près de Semblançay. Il attrape l’automobiliste voleur et l’oblige à s’arrêter. Ce dernier s’exécute sans résistance. Il reconnaîtra les faits quelques minutes plus tard devant les enquêteurs.

Une histoire de dettes

Pour justifier son geste, l’individu, domicilié à Nevers et inconnu des services de police, aurait confié aux autorités qu’il était endetté. Avec la vente de cet appareil, d’une valeur de 5 000€, il espérait pouvoir éponger ses dettes. C’est finalement devant la justice qu’il va devoir se justifier dans les prochaines semaines.