Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Une ville française candidate pour tester la légalisation du cannabis

11 septembre 2020 à 11h00 Par A.L.
Photo d'illustration
Crédit photo : Pixabay

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, vient d'adresser une lettre au Premier Ministre Jean Castex pour se positionner en faveur d'un "vrai débat" sur le cannabis.

Le cannabis bientôt légalisé en France ? Le sujet est ouvert. Arnaud Robinet, maire LR de Reims, dans le Grand Est, se dit prêt à expérimenter la légalisation du cannabis dans sa ville. En effet, ce dernier a écrit le 8 septembre dernier au Premier ministre Jean Castex afin de lui proposer cette réflexion "qui nécessiste un certain courage". Dans ce courrier dont l’AFP a eu copie jeudi 10 septembre, l’ancien député estime que "la prohibition n’est pas une solution". Il souhaite donc "étudier les conséquences d’une légalisation de la vente de cannabis", avec des "expérimentations" locales, notamment à Reims.

"La France, pays le plus strict d'Europe"

La France a l’arsenal répressif le plus strict d’Europe et pourtant, c’est le pays qui compte le plus de consommateurs de cannabis : 11 % des Français, trois fois plus qu’il y a 30 ans, a notamment expliqué Arnaud Robinet, ajoutant qu'il fallait sortir de l’idéologie et être pragmatique sur la question de la légalisation. Sans surprise, sa proposition a reçu un accueil mitigé. D'un côté, l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) se dire pour. Nous sommes prêts à accompagner une expérimentation sur une légalisation encadrée du cannabis que nous demandons depuis 2011, a en effet affirmé le Dr Alain Rigaud, président de l’ANPAA de la Marne. De l'autre, Michel Corriaux, secrétaire général Grand Est du syndicat policier Alliance, a exprimé son désaccord. Ce n’est pas une bonne idée", a-t-il déclaré. "Cela serait un aveu de faiblesse par rapport aux délinquants, a-t-il ajouté, comme le rapporte Ouest France

À l'heure actuelle, ni Gérald Darmanin, le Ministre de l'Intérieur, ni Jean Castex, ne se sont encore exprimés suite à cette lettre.