Covid-19 : Vibration modifie ses programmes avec plus d'infos et plus de musique -> en savoir plus

Replay

La Minute éco : attention aux petits forfaits mobiles en temps de confinement

J’attire votre attention aujourd’hui sur votre forfait mobile, et ceux des membres de votre famille. Ils pourraient éventuellement être sous-dimensionnés dans le contexte actuel.

Je pense en particulier aux forfaits à 2 euros de Free et de Cdiscount et NRJ Mobile. Il en existe également chez d’autres opérateurs, parfois, gratuits, associés à la box Internet. Ces forfaits proposent 2 heures ou 200 minutes d’appel, mais ce n’est pas le plus grave, puisque les jeunes appellent peu, ils “chattent”.

Ce qui est embêtant, ce sont les limites pour les SMS : 200 par mois, par exemple, chez NRJ Mobile ! Quant au forfait data, il est quasiment inexistant, même si Free Mobile a annoncé passer l’enveloppe habituelle de 50 méga à 1 Gigaoctet, soit 20 fois plus. Cela ne reste pas beaucoup.

Vous me direz qu’il suffit de changer de forfait pour éviter les dépassements ? Ce serait trop simple : il faut, en effet, attendre la date anniversaire de souscription du forfait pour bénéficier des nouvelles conditions. Et même si elle tombe le 20 ou le 25 mars, il est fort probable que les plafonds auront déjà été explosés d’ici là. Et si elle tombe en avril, alors là, gare à la cata. La facture pourrait rapidement grimper à plusieurs dizaines d’euros, si ce n’est plus.

On peut espérer que les opérateurs mobiles qui commercialisent ces petits forfaits feront un effort dans les prochains jours, par exemple, en proposant des “packs de data” à acheter, à bon prix. Mais d’ici là, surveillez bien les petits forfaits de la famille, quitte à bloquer l’usage de la data et des SMS préventivement. Et n’hésitez surtout pas à passer sur un forfait plus généreux pour éviter les dépassements. Il sera toujours temps, ensuite, de revenir à un tarif plus économique.

J’attire votre attention aujourd’hui sur votre forfait mobile, et ceux des membres de votre famille. Ils pourraient éventuellement être sous-dimensionnés dans le contexte actuel. Je pense en particulier aux forfaits à 2 euros de Free et de Cdiscount et NRJ Mobile. Il en existe également chez d’autres opérateurs, parfois, gratuits, associés à la box Internet. Ces forfaits proposent 2 heures ou 200 minutes d’appel, mais ce n’est pas le plus grave, puisque les jeunes appellent peu, ils “chattent”. Ce qui est embêtant, ce sont les limites pour les SMS : 200 par mois, par exemple, chez NRJ Mobile ! Quant au forfait data, il est quasiment inexistant, même si Free Mobile a annoncé passer l’enveloppe habituelle de 50 méga à 1 Gigaoctet, soit 20 fois plus. Cela ne reste pas beaucoup. Vous me direz qu’il suffit de changer de forfait pour éviter les dépassements ? Ce serait trop simple : il faut, en effet, attendre la date anniversaire de souscription du forfait pour bénéficier des nouvelles conditions. Et même si elle tombe le 20 ou le 25 mars, il est fort probable que les plafonds auront déjà été explosés d’ici là. Et si elle tombe en avril, alors là, gare à la cata. La facture pourrait rapidement grimper à plusieurs dizaines d’euros, si ce n’est plus. On peut espérer que les opérateurs mobiles qui commercialisent ces petits forfaits feront un effort dans les prochains jours, par exemple, en proposant des “packs de data” à acheter, à bon prix. Mais d’ici là, surveillez bien les petits forfaits de la famille, quitte à bloquer l’usage de la data et des SMS préventivement. Et n’hésitez surtout pas à passer sur un forfait plus généreux pour éviter les dépassements. Il sera toujours temps, ensuite, de revenir à un tarif plus économique.

19 mars 2020

La minute éco : Bienvenue dans le jour d’après

Faisons simple : plus rien ne sera comme avant. Cette crise inédite du coronavirus, à laquelle s’ajoute une crise économique dont l’ampleur est insondable, tellement nous marchons au bord d’un précipice les yeux fermés, va considérablement changer notre mode de vie.

Notre travail, notre manière de travailler a déjà changé, est en train de changer, ou changera inéluctablement demain.

Notre manière de consommer va aussi changer. Et je ne parle pas que des courses au supermarché, des séances de shopping pour acheter des fringues sympas, mais inutiles.. Sans parler de la voiture pimpante, rutilante.

En temps normal, la minute éco est plutôt consacrée aux bons plans, aux bons tuyaux, aux conseils. Mais dans le contexte actuel, encore une fois, inédit, je me sens obligé de vous parler d’un économiste, et d’un seul : Joseph Schumpeter. On lui doit une théorie économique qui a été maintes fois vérifiée et qui le sera une fois de plus : celle de la destruction créatrice.

Pour lui, lorsqu’un événement survient, tel, une inondation, mais aussi, l’arrivée de l’automobile, ou encore, comme aujourd’hui, une pandémie mondiale, il y a bien sûr des dégâts, beaucoup de dégâts. Et souvent malheureusement, des morts aussi, parfois beaucoup de morts. Mais ce désastre est toujours toujours, le terreau fertile sur lequel quelque chose de nouveau va pousser.
Mettez donc à profit les jours à venir pour réfléchir à votre avenir. Ce que vous pourriez changer dans votre vie, ce que vous devrez changer. Et pour finir, même si le dénigrement de ceux qui nous dirigent est un sport national, largement pratiqué, j’ose dire aujourd’hui que nous n’avons pas le choix. Il va falloir leur faire confiance, et espérer qu’ils ont fait les bons choix, et continueront à le faire.

Faisons simple : plus rien ne sera comme avant. Cette crise inédite du coronavirus, à laquelle s’ajoute une crise économique dont l’ampleur est insondable, tellement nous marchons au bord d’un précipice les yeux fermés, va considérablement changer notre mode de vie. Notre travail, notre manière de travailler a déjà changé, est en train de changer, ou changera inéluctablement demain. Notre manière de consommer va aussi changer. Et je ne parle pas que des courses au supermarché, des séances de shopping pour acheter des fringues sympas, mais inutiles.. Sans parler de la voiture pimpante, rutilante. En temps normal, la minute éco est plutôt consacrée aux bons plans, aux bons tuyaux, aux conseils. Mais dans le contexte actuel, encore une fois, inédit, je me sens obligé de vous parler d’un économiste, et d’un seul : Joseph Schumpeter. On lui doit une théorie économique qui a été maintes fois vérifiée et qui le sera une fois de plus : celle de la destruction créatrice. Pour lui, lorsqu’un événement survient, tel, une inondation, mais aussi, l’arrivée de l’automobile, ou encore, comme aujourd’hui, une pandémie mondiale, il y a bien sûr des dégâts, beaucoup de dégâts. Et souvent malheureusement, des morts aussi, parfois beaucoup de morts. Mais ce désastre est toujours toujours, le terreau fertile sur lequel quelque chose de nouveau va pousser. Mettez donc à profit les jours à venir pour réfléchir à votre avenir. Ce que vous pourriez changer dans votre vie, ce que vous devrez changer. Et pour finir, même si le dénigrement de ceux qui nous dirigent est un sport national, largement pratiqué, j’ose dire aujourd’hui que nous n’avons pas le choix. Il va falloir leur faire confiance, et espérer qu’ils ont fait les bons choix, et continueront à le faire.

18 mars 2020

La Minute éco : « Faire avec la situation, c’est aussi en faire une opportunité »

Il va falloir faire avec. Oui, je sais, cela prendra un peu de temps pour encaisser le choc, et s’adapter à ce qui est en train de nous arriver. Mais puisque c’est inéluctable, il faut faire avec. Et faire avec, c’est aussi en faire une opportunité.

Voilà des années que vous vouliez apprendre l’italien, car vous trouvez cette langue magnifique. Et bien, c’est le moment ou jamais. Et ca tombe bien, une langue, cela s’apprend très facilement confiné à la maison. Il y a des tas d’outils numériques pour ça, sur smartphone, ou sur ordinateur.

Vous savez que les métiers de l’informatique et du digital sont des métiers d’avenir ? On le voit particulièrement en ce moment d’ailleurs. Et bien profitez des quelques semaines qui sont devant vous pour apprendre un de ces métiers, ou renforcer vos compétences dans un domaine. On a besoin de programmeurs, de web designers, de graphistes, de spécialistes du SEO, bref, la liste est longue.

Et puis, on a tous des tas de papiers en désordre que l’on classera un jour. Ce jour est arrivé.

Et si vous êtes bricoleur, et que vous avez des chantiers en tête, en cours, des finitions à faire, profitez en. Ca tombe bien : les magasins de bricolage sont encore ouverts pour l’instant ! Allez faire le plein...

Il va falloir faire avec. Oui, je sais, cela prendra un peu de temps pour encaisser le choc, et s’adapter à ce qui est en train de nous arriver. Mais puisque c’est inéluctable, il faut faire avec. Et faire avec, c’est aussi en faire une opportunité. Voilà des années que vous vouliez apprendre l’italien, car vous trouvez cette langue magnifique. Et bien, c’est le moment ou jamais. Et ca tombe bien, une langue, cela s’apprend très facilement confiné à la maison. Il y a des tas d’outils numériques pour ça, sur smartphone, ou sur ordinateur. Vous savez que les métiers de l’informatique et du digital sont des métiers d’avenir ? On le voit particulièrement en ce moment d’ailleurs. Et bien profitez des quelques semaines qui sont devant vous pour apprendre un de ces métiers, ou renforcer vos compétences dans un domaine. On a besoin de programmeurs, de web designers, de graphistes, de spécialistes du SEO, bref, la liste est longue. Et puis, on a tous des tas de papiers en désordre que l’on classera un jour. Ce jour est arrivé. Et si vous êtes bricoleur, et que vous avez des chantiers en tête, en cours, des finitions à faire, profitez en. Ca tombe bien : les magasins de bricolage sont encore ouverts pour l’instant ! Allez faire le plein...

17 mars 2020