Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

Replay

La Minute Eco : vous détenez peut-être un trésor dans votre garage

Sans le savoir, vous détenez peut-être un trésor dans votre garage.

Premier indice : il est en général couvert de poussière.
Deuxième indice : il vous a appartenu, ou bien à l’un de vos enfants, devenu grand depuis.
Troisième indice : il n’a pas roulé depuis une ou plusieurs dizaines d’années. Je parle, bien sûr, du vieux Solex, de la vieille mobylette, du vieux 103 ou parfois, du vieux Piaggio qui dorment au fond de biens des garages, des remises ou des granges.

Et bien, oui, ils valent aujourd’hui de l’or.

Déjà, en tant que tel, un vieux deux-roues est recherché pour ce qu’il est, pourvu que vous parveniez à le faire redémarrer, ce qui n’est pas forcément bien compliqué. On trouve des Solex à 300, 400, 500 euros, mais parfois encore plus cher quand ils sont vraiment en très bon état. Les Piaggio se vendent 1 000 ou 2 000 euros.

Mais aujourd’hui, je voulais surtout vous parler du retrofit des deux-roues. Il s’agit tout simplement de remplacer leur moteur à essence par un moteur électrique, avec une batterie planquée dans le cadre, sous le siège, ou tout simplement sur le porte-bagages.

Vous pensez que c’est hors de prix ? Et bien détrompez-vous : avec les primes distribuées par l’Etat, c’est très intéressant.

Un Solex transformé en Solex électrique vous reviendra à moins de 500 euros. Comptez 900 euros pour un 103 Peugeot, 1 400 euros pour un Vespa.

Et si finalement, vous n’en avez pas l’usage, de tels deux-roues vintages transformés en deux-roues électriques se vendent comme des petits pains, à très bon prix. A une condition toutefois : s’en servir au moins 6 mois avant de les revendre.

Sans le savoir, vous détenez peut-être un trésor dans votre garage. Premier indice : il est en général couvert de poussière. Deuxième indice : il vous a appartenu, ou bien à l’un de vos enfants, devenu grand depuis. Troisième indice : il n’a pas roulé depuis une ou plusieurs dizaines d’années. Je parle, bien sûr, du vieux Solex, de la vieille mobylette, du vieux 103 ou parfois, du vieux Piaggio qui dorment au fond de biens des garages, des remises ou des granges. Et bien, oui, ils valent aujourd’hui de l’or. Déjà, en tant que tel, un vieux deux-roues est recherché pour ce qu’il est, pourvu que vous parveniez à le faire redémarrer, ce qui n’est pas forcément bien compliqué. On trouve des Solex à 300, 400, 500 euros, mais parfois encore plus cher quand ils sont vraiment en très bon état. Les Piaggio se vendent 1 000 ou 2 000 euros. Mais aujourd’hui, je voulais surtout vous parler du retrofit des deux-roues. Il s’agit tout simplement de remplacer leur moteur à essence par un moteur électrique, avec une batterie planquée dans le cadre, sous le siège, ou tout simplement sur le porte-bagages. Vous pensez que c’est hors de prix ? Et bien détrompez-vous : avec les primes distribuées par l’Etat, c’est très intéressant. Un Solex transformé en Solex électrique vous reviendra à moins de 500 euros. Comptez 900 euros pour un 103 Peugeot, 1 400 euros pour un Vespa. Et si finalement, vous n’en avez pas l’usage, de tels deux-roues vintages transformés en deux-roues électriques se vendent comme des petits pains, à très bon prix. A une condition toutefois : s’en servir au moins 6 mois avant de les revendre.

08 janvier 2021

La Minute Eco : la systématisation de la demande d’authentification lors des paiements en ligne

Vous l’avez peut-être remarqué si vous avez fait un achat en ligne depuis le début de l’année : désormais, la demande d’authentification est systématique, alors que jusqu’ici, elle était facultative. Concrètement, cela veut dire que pour tout achat en ligne, il vous faudra soit communiquer un mot de passe reçu par SMS, soit autoriser la transaction depuis l’application mobile de votre banque.

Le but de ce renforcement des règles de sécurité est bien évidemment d’empêcher des petits malins de réaliser des achats en ligne à votre insu, avec votre carte bancaire, ou plutôt, avec vos numéros de carte bancaire. Car oui, c’est bien là le problème : pour acheter en ligne, il suffit d'avoir le numéro de la carte, sa date de validité, et le code de sécurité imprimé au dos, à côté de la case réservée à la signature. Des infos ultra simples à recopier à votre insu lors d’un achat, si vous perdez de vue votre carte bancaire pendant quelques instants.

La contrepartie du renforcement de cette sécurisation des achats en ligne, c’est qu’elle peut parfois vous compliquer la vie. Par exemple, si un membre de la famille réalise un achat en ligne parfaitement licite avec votre carte, mais que vous n’êtes pas dans les parages pour le valider.

Attention : parfois, la validation avec l’empreinte digitale ou faciale a des ratés. Si cela se reproduit trop souvent, il ne faut pas hésiter à demander à votre conseiller bancaire de revenir à l’ancien système, celui du code reçu par SMS.

Vous l’avez peut-être remarqué si vous avez fait un achat en ligne depuis le début de l’année : désormais, la demande d’authentification est systématique, alors que jusqu’ici, elle était facultative. Concrètement, cela veut dire que pour tout achat en ligne, il vous faudra soit communiquer un mot de passe reçu par SMS, soit autoriser la transaction depuis l’application mobile de votre banque. Le but de ce renforcement des règles de sécurité est bien évidemment d’empêcher des petits malins de réaliser des achats en ligne à votre insu, avec votre carte bancaire, ou plutôt, avec vos numéros de carte bancaire. Car oui, c’est bien là le problème : pour acheter en ligne, il suffit d'avoir le numéro de la carte, sa date de validité, et le code de sécurité imprimé au dos, à côté de la case réservée à la signature. Des infos ultra simples à recopier à votre insu lors d’un achat, si vous perdez de vue votre carte bancaire pendant quelques instants. La contrepartie du renforcement de cette sécurisation des achats en ligne, c’est qu’elle peut parfois vous compliquer la vie. Par exemple, si un membre de la famille réalise un achat en ligne parfaitement licite avec votre carte, mais que vous n’êtes pas dans les parages pour le valider. Attention : parfois, la validation avec l’empreinte digitale ou faciale a des ratés. Si cela se reproduit trop souvent, il ne faut pas hésiter à demander à votre conseiller bancaire de revenir à l’ancien système, celui du code reçu par SMS.

07 janvier 2021

La Minute Eco : de la difficulté de récupérer l’argent des cagnottes en ligne

Depuis quelques années, les cagnottes en ligne sont devenues à la mode avec cette promesse, alléchante, de permettre de simplifier la collecte d’argent pour un objectif précis.

Que ce soit pour financer un cadeau d’anniversaire ou soutenir une cause, les participants n’ont besoin que de quelques clics de souris ou de pouce pour verser quelques euros ou dizaines d’euros dans la cagnotte.

Le problème, c’est que le revers de la médaille n’est pas fameux fameux : il suffit de faire une petite recherche sur Internet pour tomber sur des centaines, des milliers de messages de plaintes et de réclamations. Leur point commun : l’impossibilité, ou en tout cas, les obstacles nombreux pour parvenir à récupérer l’argent des cagnottes. Certains mettent des mois pour y parvenir, d’autres, quand la cagnotte ne contient pas beaucoup d’argent, renoncent, après avoir perdu espoir et patience.

La principale cible des réclamations, c’est le service français Leechi. A tel point que l’association de consommateurs UFC - Que Choisir a carrément déposé plainte contre l’entreprise. Pour sa défense, Leechi avance que les vérifications des cagnottes, et de ceux qui en réclament le versement, sont parfois compliquées. On est loin en tout cas du versement promis en 48h, comme l’annonce Leechi sur son site.

Si vous êtes concerné par le problème, sachez que l’UFC-Que Choisir propose un modèle de lettre de réclamation sur son site internet. En faisant un peu de buzz sur les réseaux sociaux derrière la plupart des dossiers se débloquent fort curieusement assez vite.

Depuis quelques années, les cagnottes en ligne sont devenues à la mode avec cette promesse, alléchante, de permettre de simplifier la collecte d’argent pour un objectif précis. Que ce soit pour financer un cadeau d’anniversaire ou soutenir une cause, les participants n’ont besoin que de quelques clics de souris ou de pouce pour verser quelques euros ou dizaines d’euros dans la cagnotte. Le problème, c’est que le revers de la médaille n’est pas fameux fameux : il suffit de faire une petite recherche sur Internet pour tomber sur des centaines, des milliers de messages de plaintes et de réclamations. Leur point commun : l’impossibilité, ou en tout cas, les obstacles nombreux pour parvenir à récupérer l’argent des cagnottes. Certains mettent des mois pour y parvenir, d’autres, quand la cagnotte ne contient pas beaucoup d’argent, renoncent, après avoir perdu espoir et patience. La principale cible des réclamations, c’est le service français Leechi. A tel point que l’association de consommateurs UFC - Que Choisir a carrément déposé plainte contre l’entreprise. Pour sa défense, Leechi avance que les vérifications des cagnottes, et de ceux qui en réclament le versement, sont parfois compliquées. On est loin en tout cas du versement promis en 48h, comme l’annonce Leechi sur son site. Si vous êtes concerné par le problème, sachez que l’UFC-Que Choisir propose un modèle de lettre de réclamation sur son site internet. En faisant un peu de buzz sur les réseaux sociaux derrière la plupart des dossiers se débloquent fort curieusement assez vite.

06 janvier 2021

La Minute Eco : c’est le moment de mettre de l’ordre dans vos dépenses récurrentes

En ce début d’année, parmi les bonnes résolutions que l’on peut prendre, il y a celle de faire de l’ordre dans ses dépenses récurrentes.

Nous sommes, en effet, tous souvent abonnés à des services dont nous n’avons pas ou plus besoin, ou encore qui font double emploi.

Exemple : vous avez deux voitures et donc, deux assurances. Et sur les deux contrats vous avez l’assistance dépannage zéro kilomètre. Est-ce bien pertinent, surtout pour la voiture qui fait les petits trajets du quotidien ? Il y a 30 à 50 euros d’économie à la clef.

Autre exemple : la banque vous a fait souscrire une assurance en cas de perte ou de vol de moyen de paiement. Elle couvre aussi les clefs, et souvent, le bris ou le vol du smartphone. Regardez bien ! Cette garantie, vous l’avez peut-être en double ailleurs, voir en triple, par exemple avec votre contrat d’assurance habitation.

Le summum de l’inutile, ce sont bien sur les services de streaming que l’on n’utilise pas, ou qui proposent parfois les mêmes contenus ! Décidez-vous à en supprimer un.

Enfin, allez jeter un œil dans vos abonnements sur Google Play et l’App Store d’Apple. Vous pourriez y trouver des surprises.

Un gros ménage dans ce genre de dépenses peut faire économiser jusqu’à 1 000 euros par an.

En ce début d’année, parmi les bonnes résolutions que l’on peut prendre, il y a celle de faire de l’ordre dans ses dépenses récurrentes. Nous sommes, en effet, tous souvent abonnés à des services dont nous n’avons pas ou plus besoin, ou encore qui font double emploi. Exemple : vous avez deux voitures et donc, deux assurances. Et sur les deux contrats vous avez l’assistance dépannage zéro kilomètre. Est-ce bien pertinent, surtout pour la voiture qui fait les petits trajets du quotidien ? Il y a 30 à 50 euros d’économie à la clef. Autre exemple : la banque vous a fait souscrire une assurance en cas de perte ou de vol de moyen de paiement. Elle couvre aussi les clefs, et souvent, le bris ou le vol du smartphone. Regardez bien ! Cette garantie, vous l’avez peut-être en double ailleurs, voir en triple, par exemple avec votre contrat d’assurance habitation. Le summum de l’inutile, ce sont bien sur les services de streaming que l’on n’utilise pas, ou qui proposent parfois les mêmes contenus ! Décidez-vous à en supprimer un. Enfin, allez jeter un œil dans vos abonnements sur Google Play et l’App Store d’Apple. Vous pourriez y trouver des surprises. Un gros ménage dans ce genre de dépenses peut faire économiser jusqu’à 1 000 euros par an.

05 janvier 2021

La Minute Eco : la prime de Noël

Bonjour à tous, Je m'adresse aujourd’hui à tous ceux qui perçoivent depuis peu une prestation sociale, du type RSA, allocation de solidarité spécifique ou encore allocation équivalent retraite.

Vous m’avez sans doute entendu dire qu’une prime de Noël vous serait versée, courant décembre. Et pourtant, vous n’avez rien reçu sur votre compte en banque.

Pas de panique, c’est tout à fait normal. La Caisse d’allocations familiales vient d’expliquer dans un communiqué que les tous nouveaux allocataires recevront une prime de Noël rétroactivement, et ce, courant janvier. C’est en particulier le cas des ayant-droit depuis le mois de décembre, mais il peut arriver que des ayant-droits depuis novembre ou octobre soient passés entre les mailles du filet.

Quoi qu’il arrive, la CAF vous invite à aller vérifier sur votre espace en ligne que toutes les informations vous concernant, et en particulier bancaires, sont bien correctes. Maintenant, concernant la prime de Noöel, ll faut garder en tête qu’elle est exceptionnelle, mais renouvellée chaque année depuis une dizaine d’années par les gouvernements successifs. Vu la situation économique, on peut raisonnablement penser que ce genre de “tradition” va s’installer.

D’autres primes ou aides ponctuelles existent, notamment au niveau local. Si vous ne l’avez pas encore fait, passez voir ou contactez le centre communal d’action sociale dont vous dépendez. Il peut s’agir d’aides financières, du réglement de factures en retard pour vous soulager, ou encore, de bons d’achats valables chez certains commerçants.

Bon début d’année et à demain !

Bonjour à tous,

Je m'adresse aujourd’hui à tous ceux qui perçoivent depuis peu une prestation sociale, du type RSA, allocation de solidarité spécifique ou encore allocation équivalent retraite.Vous m’avez sans doute entendu dire qu’une prime de Noël vous serait versée, courant décembre. Et pourtant, vous n’avez rien reçu sur votre compte en banque.Pas de panique, c’est tout à fait normal. La Caisse d’allocations familiales vient d’expliquer dans un communiqué que les tous nouveaux allocataires recevront une prime de Noël rétroactivement, et ce, courant janvier. C’est en particulier le cas des ayant-droit depuis le mois de décembre, mais il peut arriver que des ayant-droits depuis novembre ou octobre soient passés entre les mailles du filet.Quoi qu’il arrive, la CAF vous invite à aller vérifier sur votre espace en ligne que toutes les informations vous concernant, et en particulier bancaires, sont bien correctes.

Maintenant, concernant la prime de Noöel, ll faut garder en tête qu’elle est exceptionnelle, mais renouvellée chaque année depuis une dizaine d’années par les gouvernements successifs. Vu la situation économique, on peut raisonnablement penser que ce genre de “tradition” va s’installer.D’autres primes ou aides ponctuelles existent, notamment au niveau local. Si vous ne l’avez pas encore fait, passez voir ou contactez le centre communal d’action sociale dont vous dépendez. Il peut s’agir d’aides financières, du réglement de factures en retard pour vous soulager, ou encore, de bons d’achats valables chez certains commerçants.Bon début d’année et à demain !

04 janvier 2021

La Minute Eco : les nouveaux tarifs de La Poste

Bonjour à tous, Tous les 1er janvier, c’est la même rengaine : les prix de certains services augmentent, parfois énormément.

C’est le cas, une fois de plus, des tarifs postaux : imaginez que le timbre rouge va passer de 1,16 à 1,28 euro. Le vert, de 97 centimes à 1,08 euro. Vous pouvez pester, vous dire qu’à la Poste, ce sont des voleurs, mais demandez vous depuis combien de temps vous n’avez pas envoyé une vraie lettre à quelqu’un.  A une époque, on s’envoyait des cartes de voeux pour la nouvelle année : aujourd’hui on s’envoie des mails ou des SMS. L’an dernier, le trafic courrier a baissé de 19 %, en partie à cause du coronavirus certes. Mais l’année d’avant, la baisse avait déjà atteint 8 % ! Pour faire simple, la Poste transporte et distribue 10 fois moins de lettres et de cartes postales aujourd’hui qu’il y a 20 ans. La faute évidemment à Internet, et plus récemment, au smartphone.

Pourtant, si le prix des timbres augmente, cela ne pèsera pas plus dans votre budget courrier annuel : la preuve : l’an dernier, vous avez dépensé en  moyenne 37 euros sur toute l’année, en achats de timbres et en envois de courriers. Cette année, vous ne dépenserez “que” 34 euros, selon les prévisions les plus optimistes.

A l’inverse, l’activité colis de la Poste se porte plus que bien. Pour le coup, vous envoyez ou recevez quatre fois plus de paquets aujourd’hui qu’il y a une dizaine d’années. Cette fois, c’est à cause ou grâce à Internet et au e-commerce. Conséquence : si les tarifs des lettres augmentent de plus de 10 %, côté colis, la hausse se limite à seulement 1,6 % et le tarif des colis de moins de 250 grammes ne bouge pas.

Bonne année et à lundi !

Bonjour à tous,

Tous les 1er janvier, c’est la même rengaine : les prix de certains services augmentent, parfois énormément.C’est le cas, une fois de plus, des tarifs postaux : imaginez que le timbre rouge va passer de 1,16 à 1,28 euro. Le vert, de 97 centimes à 1,08 euro.

Vous pouvez pester, vous dire qu’à la Poste, ce sont des voleurs, mais demandez vous depuis combien de temps vous n’avez pas envoyé une vraie lettre à quelqu’un.  A une époque, on s’envoyait des cartes de voeux pour la nouvelle année : aujourd’hui on s’envoie des mails ou des SMS.

L’an dernier, le trafic courrier a baissé de 19 %, en partie à cause du coronavirus certes. Mais l’année d’avant, la baisse avait déjà atteint 8 % ! Pour faire simple, la Poste transporte et distribue 10 fois moins de lettres et de cartes postales aujourd’hui qu’il y a 20 ans. La faute évidemment à Internet, et plus récemment, au smartphone.Pourtant, si le prix des timbres augmente, cela ne pèsera pas plus dans votre budget courrier annuel : la preuve : l’an dernier, vous avez dépensé en  moyenne 37 euros sur toute l’année, en achats de timbres et en envois de courriers. Cette année, vous ne dépenserez “que” 34 euros, selon les prévisions les plus optimistes.A l’inverse, l’activité colis de la Poste se porte plus que bien. Pour le coup, vous envoyez ou recevez quatre fois plus de paquets aujourd’hui qu’il y a une dizaine d’années. Cette fois, c’est à cause ou grâce à Internet et au e-commerce. Conséquence : si les tarifs des lettres augmentent de plus de 10 %, côté colis, la hausse se limite à seulement 1,6 % et le tarif des colis de moins de 250 grammes ne bouge pas.Bonne année et à lundi !

01 janvier 2021

La Minute Eco : meilleurs voeux pour 2021

Bonjour à tous, En ce dernier jour de cette année vraiment pourrie, je commence bien évidemment cette minute éco par vous présenter mes vœux les plus sincères pour 2021. Que cette nouvelle année qui s’annonce nous apporte enfin un peu de sérénité, que les nuages noirs s’éloignent, que notre vie reprenne le plus vite possible son cours normal. Et bien sûr, que votre santé et celle de vos proches soit préservée.  Vous noterez que certains vœux parlent d’amour, de gloire et de fortune. Pour les deux premiers, ce n’est pas mon rayon, je passe donc mon tour.

Pour la fortune en revanche, j’ai un avis éclairé sur le sujet, étant journaliste économique depuis maintenant 25 ans.  J’ai connu les conséquences des guerres du Golfe, l’explosion de la bulle Internet de 2001, la crise des subprimes de 2008, et bien évidemment, les crises franco-françaises comme celle des gilets jaunes, qui n’est certainement pas terminée. Et.... voici maintenant donc celle du coronavirus, dont nous sortirons un jour, n’ayez pas de doute là dessus. Oui, des millions de Français ont des comptes sans cesse dans le rouge, des factures qui s’accumulent.  Vous connaissez sans doute l’adage : l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue, et c’est évidemment vrai.  Mais si vous suivez de temps en temps l’actu des people, il y en a quand même des palanqués, riches et couverts de gloire, à être pourtant malheureux comme des pierres.  Alors, en ce jour particulier, une fois n’est pas coutume, je vous invite à prendre deux minutes pour visualiser ce qui vous fait du bien, et qui n’a pas pourtant pas de prix.  se balader en forêt, bricoler, peindre, chanter, voir de la famille ou des amis, ou écouter la radio. Tout cela c’est gratuit, et je vous en souhaite tout plein pour 2021. Joyeux réveillon et à demain !

Bonjour à tous,

En ce dernier jour de cette année vraiment pourrie, je commence bien évidemment cette minute éco par vous présenter mes vœux les plus sincères pour 2021.

Que cette nouvelle année qui s’annonce nous apporte enfin un peu de sérénité, que les nuages noirs s’éloignent, que notre vie reprenne le plus vite possible son cours normal. Et bien sûr, que votre santé et celle de vos proches soit préservée. 

Vous noterez que certains vœux parlent d’amour, de gloire et de fortune. Pour les deux premiers, ce n’est pas mon rayon, je passe donc mon tour. Pour la fortune en revanche, j’ai un avis éclairé sur le sujet, étant journaliste économique depuis maintenant 25 ans. 

J’ai connu les conséquences des guerres du Golfe, l’explosion de la bulle Internet de 2001, la crise des subprimes de 2008, et bien évidemment, les crises franco-françaises comme celle des gilets jaunes, qui n’est certainement pas terminée.

Et.... voici maintenant donc celle du coronavirus, dont nous sortirons un jour, n’ayez pas de doute là dessus.

Oui, des millions de Français ont des comptes sans cesse dans le rouge, des factures qui s’accumulent. 

Vous connaissez sans doute l’adage : l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue, et c’est évidemment vrai. 

Mais si vous suivez de temps en temps l’actu des people, il y en a quand même des palanqués, riches et couverts de gloire, à être pourtant malheureux comme des pierres. 

Alors, en ce jour particulier, une fois n’est pas coutume, je vous invite à prendre deux minutes pour visualiser ce qui vous fait du bien, et qui n’a pas pourtant pas de prix.  se balader en forêt, bricoler, peindre, chanter, voir de la famille ou des amis, ou écouter la radio. Tout cela c’est gratuit, et je vous en souhaite tout plein pour 2021.

Joyeux réveillon et à demain !

31 décembre 2020

La Minute Eco : choisir son antivol pour vélo

Bonjour à tous, Tous les ans, 500 000 vélos, oui, vous avez bien entendu, 500 000 vélos sont dérobés à leur propriétaire. Moi qui pensais être à l’abri, en faisant le compte, ma femme et mes enfants s’en sont fait voler quatre, et des beaux encore. Ça commence à faire beaucoup, et bien sûr, à coûter cher.

Pourtant, le vol de vélo n’est pas inéluctable.  Tout d’abord, j’ai appris à mes dépens qu’il y avait antivol et antivol.  Oubliez une fois pour toute les cadenas souples. Le câble dont ils sont faits, en apparence robuste, se laisse couper comme du beurre par une vulgaire scie à métaux ou une pince monseigneur. Seuls les cadenas en U sont fiables, capables de résister entre deux et cinq minutes à un voleur.  Ensuite, marquez ou faites marquer vos vélos. il vous en coûtera entre cinq et 10 euros chez un professionnel, et les chances de retrouver son vélo sont multipliées par trois. il faut savoir en effet que sur les 500 000 vols de vélos annuels, plus de 150 000 sont retrouvés, mais impossibles à restituer à leur propriétaire, faute de marquage mais aussi faute de plainte.. Bon à savoir : le marquage sera obligatoire pour les vélos neufs à partir du 1er janvier, et pour les vélos d’occasion vendus par un professionnel, à partir du mois de juillet.  Enfin, si vous devez garer votre vélo dans la rue la nuit, avec un antivol évidemment retirez ce qui peut être volé facilement : la roue avant, grâce aux fixations rapides, et bien évidemment la selle. Cela rendra votre petite reine beaucoup moins attirante pour d’éventuels malandrins ! A demain !

Bonjour à tous,

Tous les ans, 500 000 vélos, oui, vous avez bien entendu, 500 000 vélos sont dérobés à leur propriétaire. Moi qui pensais être à l’abri, en faisant le compte, ma femme et mes enfants s’en sont fait voler quatre, et des beaux encore. Ça commence à faire beaucoup, et bien sûr, à coûter cher.Pourtant, le vol de vélo n’est pas inéluctable. 

Tout d’abord, j’ai appris à mes dépens qu’il y avait antivol et antivol. 

Oubliez une fois pour toute les cadenas souples. Le câble dont ils sont faits, en apparence robuste, se laisse couper comme du beurre par une vulgaire scie à métaux ou une pince monseigneur. Seuls les cadenas en U sont fiables, capables de résister entre deux et cinq minutes à un voleur. 

Ensuite, marquez ou faites marquer vos vélos. il vous en coûtera entre cinq et 10 euros chez un professionnel, et les chances de retrouver son vélo sont multipliées par trois. il faut savoir en effet que sur les 500 000 vols de vélos annuels, plus de 150 000 sont retrouvés, mais impossibles à restituer à leur propriétaire, faute de marquage mais aussi faute de plainte..

Bon à savoir : le marquage sera obligatoire pour les vélos neufs à partir du 1er janvier, et pour les vélos d’occasion vendus par un professionnel, à partir du mois de juillet. 

Enfin, si vous devez garer votre vélo dans la rue la nuit, avec un antivol évidemment retirez ce qui peut être volé facilement : la roue avant, grâce aux fixations rapides, et bien évidemment la selle. Cela rendra votre petite reine beaucoup moins attirante pour d’éventuels malandrins !

A demain !

30 décembre 2020

La Minute Eco : payer vos facture de gaz et d'électricité

Bonjour à tous, si vous vous chauffez au gaz ou à l’électricité, cette minute éco est pour vous.
Plusieurs jours de températures flirtant avec le zéro degré signifient pour vous et moi une consommation d’énergie en hausse et de grosses factures à venir.  Plutôt que d’attendre qu’elles arrivent et de se retrouver piégé, il est encore temps d’anticiper. Et si ce sont des factures déjà échues que vous êtes dans l’incapacité de payer, mes conseils à venir sont tout à fait valables.

D’abord et avant toute chose, quand on ne peut pas payer une facture de gaz ou d’électricité, il faut contacter immédiatement son fournisseur.  Par téléphone, c’est bien, mais il faut surtout laisser une trace écrite : préférez un mail à un chat avec un agent, ou mieux encore un courrier papier. Dans tous les cas, il faut quelque chose qui prouve de manière incontestable votre démarche, à une date précise.  Dans la plupart des cas, votre fournisseur va vous proposer automatiquement un échéancier de paiement pour les factures que vous avez déjà reçues ou sinon, pour celles à venir.  Ensuite, contactez les services sociaux de votre commune ou communauté de commune, ou encore de votre département. La plupart disposent de fonds spéciaux destinés à régler une ou deux factures en souffrance de personnes en difficulté financière. Même chose du coté de la Caisse d’allocations familiales, ou de la caisse de retraites : elles aussi disposent de fonds de secours “factures de gaz et électricité”.  Une chose est en revanche est sûre : ni le gaz ni l’électricité ne peuvent être coupés avant la fin de l’hiver, c’est à dire, avant le 31 mars. A demain !

Bonjour à tous, si vous vous chauffez au gaz ou à l’électricité, cette minute éco est pour vous. Plusieurs jours de températures flirtant avec le zéro degré signifient pour vous et moi une consommation d’énergie en hausse et de grosses factures à venir. 

Plutôt que d’attendre qu’elles arrivent et de se retrouver piégé, il est encore temps d’anticiper. Et si ce sont des factures déjà échues que vous êtes dans l’incapacité de payer, mes conseils à venir sont tout à fait valables.D’abord et avant toute chose, quand on ne peut pas payer une facture de gaz ou d’électricité, il faut contacter immédiatement son fournisseur.  Par téléphone, c’est bien, mais il faut surtout laisser une trace écrite : préférez un mail à un chat avec un agent, ou mieux encore un courrier papier. Dans tous les cas, il faut quelque chose qui prouve de manière incontestable votre démarche, à une date précise. 

Dans la plupart des cas, votre fournisseur va vous proposer automatiquement un échéancier de paiement pour les factures que vous avez déjà reçues ou sinon, pour celles à venir. 

Ensuite, contactez les services sociaux de votre commune ou communauté de commune, ou encore de votre département. La plupart disposent de fonds spéciaux destinés à régler une ou deux factures en souffrance de personnes en difficulté financière.

Même chose du coté de la Caisse d’allocations familiales, ou de la caisse de retraites : elles aussi disposent de fonds de secours “factures de gaz et électricité”. 

Une chose est en revanche est sûre : ni le gaz ni l’électricité ne peuvent être coupés avant la fin de l’hiver, c’est à dire, avant le 31 mars.

A demain !

29 décembre 2020

La Minute Eco : vers un assouplissement des règles en matière de construction en 2021

Journaliste économique, on me demande souvent en fin d’année comment je vois le monde d’après.

Je n’ai évidemment pas le temps de tout vous dire en une minute, en revanche, il y a une chose essentielle dont je voulais absolument vous parler : ça va bouger du côté du logement.

Vous avez sans doute déjà entendu dire “quand le bâtiment va, tout va”. Quand les métiers de la construction embauchent et que leurs carnets de commande sont pleins, ça stimule le reste de l’économie.

Alors, moi je fais un pari avec vous : pour doper l’économie qui en aura bien besoin cette année, les règles en matière de construction vont être assouplies. L’idée n’est pas neuve : après la crise des subprimes, il y a 10 ans, le gouvernement Fillon avait majoré de 30 % les droits à construire pendant 3 ans.

L’avantage d’une libéralisation ponctuelle des règles en matière de construction, c’est qu’elle permettrait non seulement de créer de l’emploi, mais aussi d’augmenter l’offre de logements, et de faire baisser ainsi les prix.

Je fais d’ailleurs un autre pari : aujourd’hui, transformer des immeubles de bureau en habitations est très encadré par la loi, et donc, très contraignant. Avec l’essor du télétravail, je vois des millions de mètres carrés de bureau se libérer dans les prochains mois un peu partout en France. Et dans le lot, une bonne partie est très bien placée : près des transports évidemment, mais aussi, près des écoles, et près de commerces de proximité.

Avec de telles mesures, le prix des loyers pourrait enfin baisser dans les zones tendues, mais aussi, le prix des logements notamment pour les primo-accédants.

Journaliste économique, on me demande souvent en fin d’année comment je vois le monde d’après. Je n’ai évidemment pas le temps de tout vous dire en une minute, en revanche, il y a une chose essentielle dont je voulais absolument vous parler : ça va bouger du côté du logement. Vous avez sans doute déjà entendu dire “quand le bâtiment va, tout va”. Quand les métiers de la construction embauchent et que leurs carnets de commande sont pleins, ça stimule le reste de l’économie. Alors, moi je fais un pari avec vous : pour doper l’économie qui en aura bien besoin cette année, les règles en matière de construction vont être assouplies. L’idée n’est pas neuve : après la crise des subprimes, il y a 10 ans, le gouvernement Fillon avait majoré de 30 % les droits à construire pendant 3 ans. L’avantage d’une libéralisation ponctuelle des règles en matière de construction, c’est qu’elle permettrait non seulement de créer de l’emploi, mais aussi d’augmenter l’offre de logements, et de faire baisser ainsi les prix. Je fais d’ailleurs un autre pari : aujourd’hui, transformer des immeubles de bureau en habitations est très encadré par la loi, et donc, très contraignant. Avec l’essor du télétravail, je vois des millions de mètres carrés de bureau se libérer dans les prochains mois un peu partout en France. Et dans le lot, une bonne partie est très bien placée : près des transports évidemment, mais aussi, près des écoles, et près de commerces de proximité. Avec de telles mesures, le prix des loyers pourrait enfin baisser dans les zones tendues, mais aussi, le prix des logements notamment pour les primo-accédants.

28 décembre 2020