Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

La Minute Eco : la fin de l’obsolescence programmée, en théorie...

17 décembre 2020 à 11h58

Le grille-pain qui tombe en panne au bout de 2 ans et 2 mois, juste après la fin de la garantie ou l’imprimante dont l’encre fuit ou qui mâchouille les feuilles alors qu’elle est toute neuve, tout ça, c’est en théorie fini.

Depuis 2015, une loi punit d’une peine de prison et surtout d’une grosse amende tous les fabricants de produits dont l’obsolescence a tout l’air d’avoir été programmée.

Le problème, c’est qu’il faut pouvoir le prouver. Et pour cela, il faut que les consommateurs fassent remonter les incidents ou les pannes qu’ils rencontrent avec certains appareils. Grâce aux associations de consommateurs comme l’UFC-Que Choisir, on commence à avoir une vision un peu plus claire des appareils les moins fiables. Ce sont, cela ne vous étonnera pas, les imprimantes justement.

Juste derrière, les lave-linges et les lave-vaisselles leur emboîtent le pas, suivis par les smartphones, les téléviseurs, et enfin, les réfrigérateurs.

Vous allez me dire, où sont les grille-pains ? C’est tout simple : comme ils coûtent entre 20 et 50 euros à tout casser, la plupart des consommateurs les considèrent comme des produits jetables, et ne tentent même pas de les rapporter pour les faire réparer ou les échanger quand ils sont sous garantie, encore moins bien sûr quand la date anniversaire de l’achat est dépassée de deux ans.

Les choses vont-elles changer ? Il faut l’espérer : en 2021, un indice de réparabilité des produits devra être affiché sur les appareils électroménagers et high-tech. Cet indice pourrait bien devenir un nouveau critère de choix, en plus de l’indice de consommation énergétique.