Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus

La Minute Eco : Les crédits immobiliers, désormais moins faciles à obtenir

10 juillet 2020 à 06h45

Pour finir la semaine, j’ai une bonne nouvelle : d’après le gouverneur de la Banque de France, l’économie française a mieux redémarré que prévu. Je dis ça en pensant à tous mes amis entrepreneurs, coiffeurs, restaurateurs, commerçants, qui sont encore à - 30%, - 50 % par rapport à la même période l’an dernier. Ils sont évidemment très inquiets pour l’avenir. 

Mais c’est vrai aussi que d’autres secteurs sont en train de rattraper au moins une partie de leur retard : les ventes de voitures neuves et d’occasion ont dépassé les plus hauts historiques. Dans l’immobilier, aussi, on signe les promesses de vente à tour de bras, et les banques se remettent à produire du dossier de crédit à qui mieux mieux.

Attention cependant : le taux de refus des crédits immobiliers va augmenter, alertent tous les courtiers. Des dossiers qui seraient passés ric-rac voici quelques mois, vont être refusés, ou il faudra apporter des garanties supplémentaires pour rassurer le banquier. Comme, par exemple, une garantie hypothécaire à la place d’un Crédit Logement.

Autre problème à anticiper : les délais de traitement des demandes de crédit vont à nouveau atteindre des sommets ; et les 3 mois habituellement accordés entre la signature de la promesse et de l’acte authentique, risquent de ne pas suffire dans bien des cas. Demandez donc une rallonge au vendeur en passant par votre notaire pour éviter d’être pressé comme un citron.

Enfin, si vous n’avez pas encore renégocié votre crédit immobilier sur un crédit encore relativement jeune, souscrit ces cinq dernières années disons ; et bien dépêchez-vous ! Même si les taux ont un peu augmenté depuis mars-avril, pour le coup, il n’y a pas de problème de dossier qui passe ou pas ! La banque vous a déjà prêté, renégocier le crédit est, en soi, beaucoup plus simple.

Par ailleurs, on a appris cette semaine que jamais les Français n’avaient autant changé de banque que ces deux dernières années. Si votre banquier se fait désirer, n’hésitez pas à aller voir la concurrence, pour tenter de faire racheter votre crédit, à de meilleures conditions qu’aujourd’hui.