Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

La Minute Eco : "Noël sans Amazon"

19 novembre 2020 à 06h45

Bonjour à tous,

“Noël sans Amazon” : c’est la nouvelle pétition à la mode, portée par des personnalités politiques de gauche, des artistes et des associations comme Greenpeace, la Confédération des commerçants de France, et le syndicat de la librairie française. Tout ce monde appelle à soutenir les commerces de proximité et l’économie circulaire ce qui ne peut que faire l’unanimité.

Le problème, c’est qu’en ce moment, concernant les commerces de proximité, à part pour ceux qui ont mis en place le click and collect, on ne peut pas faire grand chose d’autre que d’attendre et d’espérer pour eux une réouverture la semaine prochaine. Quant à l’économie circulaire, nous en sommes encore aux balbutiements. Souvenez vous que 80 % des jouets de Noël viennent de Chine, ou plus largement d’Asie. Les vêtements sont logés à la même enseigne, en ajoutant le Maghreb et un peu d’Amérique du Sud. 

Quant à la high-tech, smartphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs, casques de réalité augmentée ou smartwatches, on est plus proche des 90 % Made in China, Korea Taiwan ou Japan.

Acheter ce qui a été fabriqué chez nous, pour soutenir nos entreprises, c’est donc plié ? Que nenni. Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre sur Amazon.fr, et de cliquer sur “la boutique des entreprises françaises”. Plus de 11 000 PME et TPE françaises vendent sur Amazon, et quasiment autant d’ailleurs sur le numéro 2 français, CDiscount. 

Dans le lot, celles qui vendent des produits “Made in France” le revendiquent haut et fort. Il est même prévu prochainement qu’elles puissent afficher un logo spécial sur leurs fiches produit.

Et si vous regardez bien qui sont ces PME qui vendent en ligne, vous découvrirez que ce sont souvent des... commerces de proximités qui se cachent derrière, parfois depuis des années. Sachant qu’il y a 20 millions de clients enregistrés sur Amazon, c’est là qu’il faut aller les chercher, plutôt que de vouloir les boycotter, eux...

A demain !