Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus

Vibration rend service

La Minute Eco : Quelle température pour quelle pièce pour faire des économies ?

Voilà maintenant quelques jours déjà que le chauffage est allumé chez vous, peut-être, quelques semaines. Et la crainte de voir arriver un peu trop vite des factures de fuel de gaz ou d’électricité un peu trop salées est omniprésente.

Alors il est temps de rappeler quelques fondamentaux :  Dans la chambre à coucher, où - jusqu’à preuve du contraire - on va dormir sous des draps avec une couverture ou bien une couette, la température idéale, recommandée par tous les médecins, c’est 16 degrés. Pas 20 ou 21.  Et c’est valable aussi pour les chambres d’enfants. Même s’ils vous disent “maman j’ai froid” avec une petite voix.  Alors bien sûr, il y a un truc : on peut parfaitement mettre un petit coup de radiateur électrique soufflant le soir, dans la chambre des petits, après la douche et avant le dodo. Mais après, on le coupe totalement ! Pas la peine de le rallumer le matin, puisqu’ils vont partir à l’école dans la foulée. C’est seulement le week-end que l’on peut remonter leur chambre à la température idéale normale de 19 degrés.

19 degrés, c’est aussi la température idéale dans le salon ou la pièce à vivre. Quand on y est, pas besoin de chauffer les chambres. Donc, on y baisse les radiateurs à la main, s’ils ne sont pas programmables, et s’ils sont programmables, et bien... on se penche sur la notice 3 minutes pour enfin arrêter d’avoir des petits carrés noirs qui clignotent un peu partout sans qu’on comprenne à quoi ils correspondent, si vous voyez ce que je veux dire. En définitive, la seule pièce qui mérite d’être bien chauffée, c’est la salle de bains. 22 degrés, c’est idéal. Mais seulement quand on y prend sa douche ou son bain ! Autant dire qu’un radiateur électrique, type sèche-serviette, est parfaitement adapté pour quelques dizaines de minutes tous les jours...

26 octobre 2020

La Minute Eco : voiture à l’éthanol, avec ou sans boîtier ?

Je ne vous avais pas parlé de l'éthanol depuis plus d’un mois et demi, alors j’en remet une petite couche, histoire de vous faire profiter de mes dernières découvertes.

Figurez-vous que je roule depuis quelques semaines maintenant dans une voiture âgée de 22 ans, dont le moteur a 260 000 kilomètres, avec 80 % d'éthanol et 20 % d’essence. Et tout se passe parfaitement bien, y compris le démarrage. Le moteur ne tousse pas un instant.

L’an dernier, j’avais essayé l'éthanol dans une autre voiture âgée d’une quinzaine d’années, avec 180 000 km au compteur, en restant au dosage 50/50. Tout se passait bien aussi, mais le voyant moteur orange s’allumait régulièrement. Vérification faite avec une valise, l’injection électronique relevait une erreur de mesure, mais aucun dysfonctionnement. Simplement, il fallait effacer l’erreur régulièrement ce qui était un peu pénible.

En surfant sur les forums spécialisés consacrés à l'éthanol, on découvre en fait que tout le monde tâtonne et fait sa petite tambouille dans son coin. Certaines voitures acceptent 100 % d’éthanol sans modification et s’en portent très bien pendant des années et des années, ce qui est mon cas sur la familiale. D’autres sont plus capricieuses, et réclament un boîtier.

Les boîtiers justement : on en trouve à 120 euros non homologués sur Internet, mais ils sont parfaitement fonctionnels, et n'abîment pas votre moteur. Pour un boîtier homologué, il faut compter en revanche 600 à 700 euros minimum.

A la clef, si vous aviez oublié : des pleins à 30 ou 40 euros, au lieu du double, pour une autonomie diminuée de 20 % en moyenne.

Je ne vous avais pas parlé de l'éthanol depuis plus d’un mois et demi, alors j’en remet une petite couche, histoire de vous faire profiter de mes dernières découvertes. Figurez-vous que je roule depuis quelques semaines maintenant dans une voiture âgée de 22 ans, dont le moteur a 260 000 kilomètres, avec 80 % d'éthanol et 20 % d’essence. Et tout se passe parfaitement bien, y compris le démarrage. Le moteur ne tousse pas un instant. L’an dernier, j’avais essayé l'éthanol dans une autre voiture âgée d’une quinzaine d’années, avec 180 000 km au compteur, en restant au dosage 50/50. Tout se passait bien aussi, mais le voyant moteur orange s’allumait régulièrement. Vérification faite avec une valise, l’injection électronique relevait une erreur de mesure, mais aucun dysfonctionnement. Simplement, il fallait effacer l’erreur régulièrement ce qui était un peu pénible. En surfant sur les forums spécialisés consacrés à l'éthanol, on découvre en fait que tout le monde tâtonne et fait sa petite tambouille dans son coin. Certaines voitures acceptent 100 % d’éthanol sans modification et s’en portent très bien pendant des années et des années, ce qui est mon cas sur la familiale. D’autres sont plus capricieuses, et réclament un boîtier. Les boîtiers justement : on en trouve à 120 euros non homologués sur Internet, mais ils sont parfaitement fonctionnels, et n'abîment pas votre moteur. Pour un boîtier homologué, il faut compter en revanche 600 à 700 euros minimum. A la clef, si vous aviez oublié : des pleins à 30 ou 40 euros, au lieu du double, pour une autonomie diminuée de 20 % en moyenne.

23 octobre 2020

La Minute Eco : le prix des logiciels a considérablement chuté

C’est désormais inéluctable : nos enfants sont de plus en plus souvent conduits à travailler sur ordinateur pour l’école, et les choses ne s’améliorent pas en arrivant à la fac, en BTS ou bien sûr dans les grandes écoles. L’ordinateur est devenu la norme absolue, le cahier, l’exception.  Par ailleurs, il est de plus en plus difficile pour soi-même de ne pas être un tant soit peu équipé, ne serait-ce que pour accomplir la plupart des démarches administratives, quand ce n’est pas pour travailler.

Se pose alors la question des logiciels à utiliser, et des licences qui permettent de s’en servir en toute légalité.  Sachez-le, le prix des programmes phares, quasiment indispensables, a considérablement chuté. Une licence parfaitement officielle et légale pour Windows 10 se trouve à moins de 20 euros sur des sites marchands bien en vue. A ce prix-là, il faut télécharger le programme sur une clef USB et un peu bidouiller pour une première installation, mais ça marche.  Pour Word, Excel, bref, toute la suite office, on trouve régulièrement des promotions à moins de 50 euros pour une licence familiale valable 1 an. Et pour 100 euros, on trouve des licences “ à vie”, mais monoposte.  Maintenant, il est parfaitement possible d'utiliser des suites bureautiques gratuites, comme OpenOffice. Simplement, il faut penser à sauvegarder ses documents au format Word ou Excel pour rester compatible avec tout le monde.  Quant aux utilisateurs de Mac, ils sont vernis : Mac OS est gratuit depuis des années, même les révisions majeures. Et sa suite iWork, également gratuite, n’a rien à envier à Microsoft Office. Sachant que l’on trouve facilement des Macbook à 200 euros sur le bon coin, en parfait état et toujours vaillants, ça peut valoir le coup d’y réfléchir à deux fois.

C’est désormais inéluctable : nos enfants sont de plus en plus souvent conduits à travailler sur ordinateur pour l’école, et les choses ne s’améliorent pas en arrivant à la fac, en BTS ou bien sûr dans les grandes écoles. L’ordinateur est devenu la norme absolue, le cahier, l’exception. 

Par ailleurs, il est de plus en plus difficile pour soi-même de ne pas être un tant soit peu équipé, ne serait-ce que pour accomplir la plupart des démarches administratives, quand ce n’est pas pour travailler. Se pose alors la question des logiciels à utiliser, et des licences qui permettent de s’en servir en toute légalité. 

Sachez-le, le prix des programmes phares, quasiment indispensables, a considérablement chuté. Une licence parfaitement officielle et légale pour Windows 10 se trouve à moins de 20 euros sur des sites marchands bien en vue. A ce prix-là, il faut télécharger le programme sur une clef USB et un peu bidouiller pour une première installation, mais ça marche. 

Pour Word, Excel, bref, toute la suite office, on trouve régulièrement des promotions à moins de 50 euros pour une licence familiale valable 1 an. Et pour 100 euros, on trouve des licences “ à vie”, mais monoposte. 

Maintenant, il est parfaitement possible d'utiliser des suites bureautiques gratuites, comme OpenOffice. Simplement, il faut penser à sauvegarder ses documents au format Word ou Excel pour rester compatible avec tout le monde. 

Quant aux utilisateurs de Mac, ils sont vernis : Mac OS est gratuit depuis des années, même les révisions majeures. Et sa suite iWork, également gratuite, n’a rien à envier à Microsoft Office. Sachant que l’on trouve facilement des Macbook à 200 euros sur le bon coin, en parfait état et toujours vaillants, ça peut valoir le coup d’y réfléchir à deux fois.

22 octobre 2020

La Minute Eco : attendez un peu si vous souhaitez acheter une voiture électrique

Si vous envisagez un jour de changer de voiture, parce que l’actuelle est à bout de souffle, et de passer à l’électrique, je ne peux que trop vous conseiller d’essayer d’attendre encore un peu.

On attend, en effet, pour début 2021, c’est-à-dire dans une grosse poignée de semaine, l’arrivée de la Dacia Spring électrique. Son prix à lui seul devrait bouleverser le marché : moins de 10 000 euros, prime gouvernementale déduite. Si l’on ajoute d’autres primes accordées, par exemple, par les régions qui peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros par endroits, certains pourront s’offrir une voiture neuve pour 30 euros par mois, sachant qu’évidemment, des offres de financement à 0% d’intérêt vont arriver prochainement. Elles aussi poussées par le gouvernement.

A ce prix-là, vous aurez quoi : et bien une voiture aux allures de mini SUV, mais à peine plus grande qu’une Twingo. A bord, 4 vraies places et un grand coffre. Et sous le capot, la batterie, qui sera à vous et non pas en location. Elle devrait assurer 225 km d’autonomie sur route, près de 300 km en cycle urbain.

Maintenant, si vous voulez ou devez garder votre voiture actuelle, jetez un œil du côté du rétrofit. Le rétrofit, c’est une technique permettant de remplacer le moteur d’une voiture thermique pour le remplacer par un moteur et une batterie électrique. Là aussi, il y a bien entendu une prime, qui peut aller jusqu’à 5 000 euros, et couvrir jusqu’à 80 % de la dépense. Les régions aussi commencent à mettre la main à la poche. Toutes les voitures ne seront pas “rétrofitables” demain, mais celles de grande série le sont déjà. A regarder de près donc !

Si vous envisagez un jour de changer de voiture, parce que l’actuelle est à bout de souffle, et de passer à l’électrique, je ne peux que trop vous conseiller d’essayer d’attendre encore un peu. On attend, en effet, pour début 2021, c’est-à-dire dans une grosse poignée de semaine, l’arrivée de la Dacia Spring électrique. Son prix à lui seul devrait bouleverser le marché : moins de 10 000 euros, prime gouvernementale déduite. Si l’on ajoute d’autres primes accordées, par exemple, par les régions qui peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros par endroits, certains pourront s’offrir une voiture neuve pour 30 euros par mois, sachant qu’évidemment, des offres de financement à 0% d’intérêt vont arriver prochainement. Elles aussi poussées par le gouvernement. A ce prix-là, vous aurez quoi : et bien une voiture aux allures de mini SUV, mais à peine plus grande qu’une Twingo. A bord, 4 vraies places et un grand coffre. Et sous le capot, la batterie, qui sera à vous et non pas en location. Elle devrait assurer 225 km d’autonomie sur route, près de 300 km en cycle urbain. Maintenant, si vous voulez ou devez garder votre voiture actuelle, jetez un œil du côté du rétrofit. Le rétrofit, c’est une technique permettant de remplacer le moteur d’une voiture thermique pour le remplacer par un moteur et une batterie électrique. Là aussi, il y a bien entendu une prime, qui peut aller jusqu’à 5 000 euros, et couvrir jusqu’à 80 % de la dépense. Les régions aussi commencent à mettre la main à la poche. Toutes les voitures ne seront pas “rétrofitables” demain, mais celles de grande série le sont déjà. A regarder de près donc !

21 octobre 2020

La Minute Eco : Salto, la plateforme de streaming made-in-France

C’est aujourd’hui le grand jour pour Salto, la plateforme de streaming commune à TF1, France Télévisions et M6.

Destinée à concurrencer Netflix, Amazon Prime Vidéo, Canal+ ou encore OCS, elle ne surprendra personne par son prix : 6,99 euros, soit grosso modo le prix d’entrée chez tous ses concurrents, sachant qu’en ajoutant quelques euros, on augmente le nombre d’écrans qui peuvent accéder simultanément au service.

Côté contenu, d’abord, Salto, c’est les chaînes de la TNT en direct, mais aussi, et ça, c’est très pratique, en différé total. En gros, vous pourrez revoir tous les programmes de toutes les chaînes présentes sur la plateforme en décalé ou donc en replay, sans avoir à passer par l’application spécifique de chaque chaîne.

Ensuite, bien sûr, ce que l’on attend d’une plateforme de replay, c’est l’offre de contenus visionnables en streaming. Et là encore, la surprise est plutôt bonne : plus de 10 000 heures de séries, documentaires et films sont disponibles dès le lancement, 5 000 heures supplémentaires les rejoindront d’ici au début de l’année prochaine.

Loin d’être “cheap”, les contenus sont attractifs : côté série, cela va de Grey’s Anatomy à Downton Abbey en passant par Capitaine Marleau ou Plus belle la vie. Du côté des films, on tombe sur des sagas comme les Sous-doués ou Rocky.

Salto est disponible sur ordinateur via un navigateur, sur tous les smartphones, sur les téléviseurs Android, ainsi que sur les Apple TV. Il devrait arriver bientôt sur certaines box d’opérateurs. Si vous êtes séduit, vous pourrez songer à remplacer un autre service de streaming par Salto.

C’est aujourd’hui le grand jour pour Salto, la plateforme de streaming commune à TF1, France Télévisions et M6. Destinée à concurrencer Netflix, Amazon Prime Vidéo, Canal+ ou encore OCS, elle ne surprendra personne par son prix : 6,99 euros, soit grosso modo le prix d’entrée chez tous ses concurrents, sachant qu’en ajoutant quelques euros, on augmente le nombre d’écrans qui peuvent accéder simultanément au service. Côté contenu, d’abord, Salto, c’est les chaînes de la TNT en direct, mais aussi, et ça, c’est très pratique, en différé total. En gros, vous pourrez revoir tous les programmes de toutes les chaînes présentes sur la plateforme en décalé ou donc en replay, sans avoir à passer par l’application spécifique de chaque chaîne. Ensuite, bien sûr, ce que l’on attend d’une plateforme de replay, c’est l’offre de contenus visionnables en streaming. Et là encore, la surprise est plutôt bonne : plus de 10 000 heures de séries, documentaires et films sont disponibles dès le lancement, 5 000 heures supplémentaires les rejoindront d’ici au début de l’année prochaine. Loin d’être “cheap”, les contenus sont attractifs : côté série, cela va de Grey’s Anatomy à Downton Abbey en passant par Capitaine Marleau ou Plus belle la vie. Du côté des films, on tombe sur des sagas comme les Sous-doués ou Rocky. Salto est disponible sur ordinateur via un navigateur, sur tous les smartphones, sur les téléviseurs Android, ainsi que sur les Apple TV. Il devrait arriver bientôt sur certaines box d’opérateurs. Si vous êtes séduit, vous pourrez songer à remplacer un autre service de streaming par Salto.

20 octobre 2020

La Minute Eco : un bon d’achat si vous rapportez votre vieux meuble chez Ikea

Il est fort probable que vous ayez dans la cave ou dans votre garage des meubles Ikea dont vous n’avez plus l’usage. De mon côté, j’ai fait le décompte : deux commodes, un lit banquette, un lit double et des multitudes de chaises de bar nous encombrent. Et pourtant, pas question de les jeter, puisqu’ils sont encore présentables et parfaitement fonctionnels. Et sur le bon coin, même à 10 euros, personne n’en voudra.

Alors, j’ai une bonne nouvelle pour vous, comme pour moi : nous allons pouvoir faire de la place et, en plus, gagner un peu d’argent au passage.

Ikea vient en effet d’annoncer qu’il reprenait ces meubles, pourvu qu’ils arrivent dans ses magasins montés et complets. Pas 2 euros 50, mais pour 30 à 50 % de leur valeur à neuf. J’ai fait le calcul : ce qui ne valait rien et prenait de la place devrait me rapporter entre 300 et 500 euros minimum !

Alors bien sûr, il y a un truc : Ikea ne fait pas de chèque à ceux qui rapportent leurs meubles, mais il leur donne un bon d’achat. Si le canapé du salon est fatigué, c’est peut-être le moment d’en changer gratuitement ou pour pas cher. Sachant que lui aussi, d’ailleurs, Ikea le reprendra avec tout le reste.

Tout cela s’inscrit dans un nouveau modèle : celui de l’économie circulaire. Ces meubles dont vous n’avez pas l’usage seront rachetés par d’autres clients qui en ont besoin, et seront ravis de les payer moins cher. A défaut, ils seront offerts à des associations ou bien recyclés.

Il est fort probable que vous ayez dans la cave ou dans votre garage des meubles Ikea dont vous n’avez plus l’usage.

De mon côté, j’ai fait le décompte : deux commodes, un lit banquette, un lit double et des multitudes de chaises de bar nous encombrent. Et pourtant, pas question de les jeter, puisqu’ils sont encore présentables et parfaitement fonctionnels. Et sur le bon coin, même à 10 euros, personne n’en voudra. Alors, j’ai une bonne nouvelle pour vous, comme pour moi : nous allons pouvoir faire de la place et, en plus, gagner un peu d’argent au passage. Ikea vient en effet d’annoncer qu’il reprenait ces meubles, pourvu qu’ils arrivent dans ses magasins montés et complets. Pas 2 euros 50, mais pour 30 à 50 % de leur valeur à neuf. J’ai fait le calcul : ce qui ne valait rien et prenait de la place devrait me rapporter entre 300 et 500 euros minimum ! Alors bien sûr, il y a un truc : Ikea ne fait pas de chèque à ceux qui rapportent leurs meubles, mais il leur donne un bon d’achat. Si le canapé du salon est fatigué, c’est peut-être le moment d’en changer gratuitement ou pour pas cher. Sachant que lui aussi, d’ailleurs, Ikea le reprendra avec tout le reste. Tout cela s’inscrit dans un nouveau modèle : celui de l’économie circulaire. Ces meubles dont vous n’avez pas l’usage seront rachetés par d’autres clients qui en ont besoin, et seront ravis de les payer moins cher. A défaut, ils seront offerts à des associations ou bien recyclés.

19 octobre 2020

La Minute Eco : Redevance télé, comment en être exonéré ?

La taxe d’habitation a beau avoir été supprimée pour 80 % des Français, la redevance télé, elle, est pour l’instant maintenue.

D’un montant de 138 euros, il faudra la régler avant le 15 novembre prochain, idéalement directement depuis votre espace personnel sur impots.gouv.fr.

Si vous n’avez pas de télévision chez vous, vous pouvez demander à être exonéré de redevance télé, mais pour cela, vous devez remplir une déclaration de non-détention.

Vous pouvez également demander à être exonéré, même si vous regardez la télévision sur un ordinateur ou sur une tablette grâce à Internet.

D’autres cas d’exonération sont prévus par la loi. Basiquement, si vous percevez une allocation de solidarité, ou encore si vos revenus ne dépassent pas un certain seuil passé l’âge de 60 ans, vous êtes susceptibles de ne pas avoir à payer la redevance télé.

En revanche pour 2021, les choses pourraient changer. Un groupe de parlementaires de la majorité propose de baisser le montant de la redevance, pour la faire passer de 138 à 100 euros. Mais dans le même temps, ils proposent de la rendre exigible pour tout le monde, que l’on détienne ou non un téléviseur. Pour défendre leur proposition, ils rappellent que les radios de service public aussi sont financées par la redevance, tout comme la création audiovisuelle.

La taxe d’habitation a beau avoir été supprimée pour 80 % des Français, la redevance télé, elle, est pour l’instant maintenue. D’un montant de 138 euros, il faudra la régler avant le 15 novembre prochain, idéalement directement depuis votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Si vous n’avez pas de télévision chez vous, vous pouvez demander à être exonéré de redevance télé, mais pour cela, vous devez remplir une déclaration de non-détention. Vous pouvez également demander à être exonéré, même si vous regardez la télévision sur un ordinateur ou sur une tablette grâce à Internet. D’autres cas d’exonération sont prévus par la loi. Basiquement, si vous percevez une allocation de solidarité, ou encore si vos revenus ne dépassent pas un certain seuil passé l’âge de 60 ans, vous êtes susceptibles de ne pas avoir à payer la redevance télé. En revanche pour 2021, les choses pourraient changer. Un groupe de parlementaires de la majorité propose de baisser le montant de la redevance, pour la faire passer de 138 à 100 euros. Mais dans le même temps, ils proposent de la rendre exigible pour tout le monde, que l’on détienne ou non un téléviseur. Pour défendre leur proposition, ils rappellent que les radios de service public aussi sont financées par la redevance, tout comme la création audiovisuelle.

16 octobre 2020

La Minute Eco : des vacances à prix cassés

C’est évidemment l’incertitude qui règne à 24 heures du début des vacances de la Toussaint. Si l’an dernier, 8 millions de familles sont parties quelques jours, en France, ou à l’étranger, on parle pour l’instant de seulement 4 millions de partants.

Conséquence, si vous avez envie ou besoin de vous mettre au vert quelques jours, il y a d’excellentes affaires à faire, en cherchant un peu. A titre d’exemple, il est possible de partir en Sardaigne pour une semaine pour 200 euros par personne, vols et hébergements compris.

Pour la Guadeloupe ou la Martinique, on trouve des billets aller-retour pour 230 euros, et sur place, on trouve des nuits d'hôtel ou en chambre d'hôte à 50 euros pour deux.

En France, sur les destinations touristiques de bord de mer ou de montagne, ou trouve également des prix cassés, mais c’est en particulier en Ile-de-France que les prix défient l’entendement. Certains grands hôtels, du moins, ceux qui sont ouverts, proposent eux aussi des nuits à moins de 100 euros pour 2. C’est 4,5, 6 fois moins cher que le tarif normal.

Bien sûr, on ne doit pas se réjouir de cet effondrement des prix des loisirs touristiques. Mais il ne faut pas avoir de cas de conscience : compagnies aériennes comme hôteliers ont besoin de votre clientèle, même à prix cassé, car 30 euros pour un billet d’avion ou 100 euros pour une nuit d’hôtel, c’est toujours mieux que zéro.

Alors, bonne préparation de vacances, et à demain !

C’est évidemment l’incertitude qui règne à 24 heures du début des vacances de la Toussaint. Si l’an dernier, 8 millions de familles sont parties quelques jours, en France, ou à l’étranger, on parle pour l’instant de seulement 4 millions de partants. Conséquence, si vous avez envie ou besoin de vous mettre au vert quelques jours, il y a d’excellentes affaires à faire, en cherchant un peu. A titre d’exemple, il est possible de partir en Sardaigne pour une semaine pour 200 euros par personne, vols et hébergements compris. Pour la Guadeloupe ou la Martinique, on trouve des billets aller-retour pour 230 euros, et sur place, on trouve des nuits d'hôtel ou en chambre d'hôte à 50 euros pour deux. En France, sur les destinations touristiques de bord de mer ou de montagne, ou trouve également des prix cassés, mais c’est en particulier en Ile-de-France que les prix défient l’entendement. Certains grands hôtels, du moins, ceux qui sont ouverts, proposent eux aussi des nuits à moins de 100 euros pour 2. C’est 4,5, 6 fois moins cher que le tarif normal. Bien sûr, on ne doit pas se réjouir de cet effondrement des prix des loisirs touristiques. Mais il ne faut pas avoir de cas de conscience : compagnies aériennes comme hôteliers ont besoin de votre clientèle, même à prix cassé, car 30 euros pour un billet d’avion ou 100 euros pour une nuit d’hôtel, c’est toujours mieux que zéro. Alors, bonne préparation de vacances, et à demain !

15 octobre 2020

La Minute Eco : Lettres recommandées, méfiez-vous des idées reçues

Vous faites peut-être comme moi partie de ces gens qui ont la phobie de la lettre recommandée. Pour ma part, j’estime que si l’on m’écrit en recommandé, c’est pour me dire quelque chose de désagréable. Quand la lettre est en instance au bureau de poste, je ne vais pas la chercher, et pour l’instant, cela ne m’a jamais causé de torts.

Et bien figurez-vous que la justice vient de me donner raison. Enfin, pas à moi, mais à un locataire qui contestait son congé, arguant de n’avoir jamais reçu la lettre recommandée. La Cour de cassation, dans un arrêt récent, vient de valider cet argument. La simple présentation de la lettre par le facteur ne suffit pas à faire démarrer un délai légal.

Si je vous en parle aujourd’hui, ce n’est évidemment pas pour faire des misères à votre propriétaire, mais pour que vous ne misiez pas tout sur une lettre recommandée. Il ne suffit pas d’envoyer une lettre recommandée à quelqu’un pour que son contenu produise un effet. Il faut non seulement que le destinataire la reçoive, mais aussi que vous puissiez prouver ce que la lettre contenait. Seule la lettre recommandée électronique peut servir de preuve du contenu de l’enveloppe. Le destinataire d’une lettre classique pourra toujours dire que l’enveloppe était vide.

Et si vous avez vraiment besoin de signifier quelque chose à quelqu’un, pour produire un effet juridique incontestable, pensez à l’huissier. Contrairement aux idées reçues, cela ne coûte pas très cher, parfois seulement quelques dizaines d’euros. En revanche, son intervention, elle, est totalement incontestable devant la justice.

Vous faites peut-être comme moi partie de ces gens qui ont la phobie de la lettre recommandée. Pour ma part, j’estime que si l’on m’écrit en recommandé, c’est pour me dire quelque chose de désagréable. Quand la lettre est en instance au bureau de poste, je ne vais pas la chercher, et pour l’instant, cela ne m’a jamais causé de torts. Et bien figurez-vous que la justice vient de me donner raison. Enfin, pas à moi, mais à un locataire qui contestait son congé, arguant de n’avoir jamais reçu la lettre recommandée. La Cour de cassation, dans un arrêt récent, vient de valider cet argument. La simple présentation de la lettre par le facteur ne suffit pas à faire démarrer un délai légal. Si je vous en parle aujourd’hui, ce n’est évidemment pas pour faire des misères à votre propriétaire, mais pour que vous ne misiez pas tout sur une lettre recommandée. Il ne suffit pas d’envoyer une lettre recommandée à quelqu’un pour que son contenu produise un effet. Il faut non seulement que le destinataire la reçoive, mais aussi que vous puissiez prouver ce que la lettre contenait. Seule la lettre recommandée électronique peut servir de preuve du contenu de l’enveloppe. Le destinataire d’une lettre classique pourra toujours dire que l’enveloppe était vide. Et si vous avez vraiment besoin de signifier quelque chose à quelqu’un, pour produire un effet juridique incontestable, pensez à l’huissier. Contrairement aux idées reçues, cela ne coûte pas très cher, parfois seulement quelques dizaines d’euros. En revanche, son intervention, elle, est totalement incontestable devant la justice.

14 octobre 2020

La minute Eco : Comment se constituer une petite caisse de secours ?

En ces temps qui s’annoncent difficiles, il est judicieux d’essayer de mettre un peu d’argent de côté. Oui, je sais : quand on a déjà du mal à boucler les fins de mois, mettre de l’argent de côté, cela paraît utopique. Je m’énerve tout seul derrière mon poste de radio chaque fois que j’entends “les Français sont les champions de l’épargne, jamais ils n’ont mis autant d’argent sur leur livret A”.

Il n’empêche : il est quand même possible de se constituer une petite caisse de secours avec des trucs tout simples.

Truc numéro 1 : chaque fois que vous cassez un billet pour effectuer un achat, mettez une pièce de monnaie de côté, à part, et non pas dans votre portefeuille ou dans votre porte-monnaie. Un pot à confiture vide fera très bien l’affaire, pourvu qu’il soit planqué dans un coin pour éviter les tentations. On ne l’ouvre qu’en cas d’extrême urgence, quand la carte bancaire ne passe plus, par exemple.

Deuxième idée : dépenser 1 euro de moins chaque semaine, par rapport à la semaine précédente. A chaque fois, en renonçant à une petite dépense. Vous me croirez si vous voulez, mais 1 euro en moins toutes les semaines, ça fait plus de 1000 euros non dépensés à la fin de l’année.

Enfin, je m’adresse ici aux fumeurs, mais aussi aux amateurs de grignotage. Deux barres chocolatées ou seulement 10 cigarettes par jour, ce sont des centaines d’euros dépensés à la fin de l’année, je suis tenté de dire “inutilement”. Réduisez la consommation. Si vous le pouvez, arrêtez. Votre porte-monnaie, mais votre médecin aussi, vous diront merci.

En ces temps qui s’annoncent difficiles, il est judicieux d’essayer de mettre un peu d’argent de côté. Oui, je sais : quand on a déjà du mal à boucler les fins de mois, mettre de l’argent de côté, cela paraît utopique. Je m’énerve tout seul derrière mon poste de radio chaque fois que j’entends “les Français sont les champions de l’épargne, jamais ils n’ont mis autant d’argent sur leur livret A”. Il n’empêche : il est quand même possible de se constituer une petite caisse de secours avec des trucs tout simples. Truc numéro 1 : chaque fois que vous cassez un billet pour effectuer un achat, mettez une pièce de monnaie de côté, à part, et non pas dans votre portefeuille ou dans votre porte-monnaie. Un pot à confiture vide fera très bien l’affaire, pourvu qu’il soit planqué dans un coin pour éviter les tentations. On ne l’ouvre qu’en cas d’extrême urgence, quand la carte bancaire ne passe plus, par exemple. Deuxième idée : dépenser 1 euro de moins chaque semaine, par rapport à la semaine précédente. A chaque fois, en renonçant à une petite dépense. Vous me croirez si vous voulez, mais 1 euro en moins toutes les semaines, ça fait plus de 1000 euros non dépensés à la fin de l’année. Enfin, je m’adresse ici aux fumeurs, mais aussi aux amateurs de grignotage. Deux barres chocolatées ou seulement 10 cigarettes par jour, ce sont des centaines d’euros dépensés à la fin de l’année, je suis tenté de dire “inutilement”. Réduisez la consommation. Si vous le pouvez, arrêtez. Votre porte-monnaie, mais votre médecin aussi, vous diront merci.

13 octobre 2020