Allonnes : le conseil d’Etat saisi par les gérants de la mosquée

Le lieu de culte est fermé depuis le 27 octobre sur décision de la préfecture de la Sarthe.
Le lieu de culte est fermé depuis le 27 octobre sur décision de la préfecture de la Sarthe.
Crédit: JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

15 novembre 2021 à 14h01 par Guillaume Pivert

Les gérants espèrent de la juridiction l’annulation de la fermeture administrative du lieu de culture. Ils sont accusés de promouvoir une pratique radicale de l’islam.

La mosquée d’Allonnes va-t-elle rouvrir ses portes ? Le lieu est fermé depuis le 27 octobre et pour six mois sur décision de la préfecture de la Sarthe. L’autorité estime que « des prêches et l’activité du lieu de culte, fréquenté par des individus appartenant ou proches de la mouvance islamiste radicale, légitiment le recours au jihad armé, la mort en martyr, la commission d’actes de terrorisme et le recours à la violence, la haine, la discrimination ainsi que l’instauration de la charia ».

 

Fin octobre, le tribunal de Nantes avait débouté les gérants de la mosquée en confirmant la validité de l’arrêté préfectoral. Une mesure qui selon les plaignants portent « une atteinte grave » à la liberté de culte, les 300 fidèles se retrouvant « privés d’autres lieux de culte à moins de 70 kilomètres ».

 

Selon Ouest-France, en cas de décision défavorable du conseil d’Etat, les gérants envisagent de saisir la cour européenne des droits de l’Homme. 

 

 

Avec AFP