Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Abandonné dans une gare, Sami Nouri prépare sa première collection haute couture

16 mars 2017 à 10h11 Par Rédaction

Sami Nouri est un jeune réfugié afghan de 20 ans qui vient d'obtenir la nationalité française.

Pourtant le parcours du jeune homme est assez dramatique car à l'âge de 14 ans, il est séparé de sa famille et est abandonné en gare de Tours par des passeurs comme il le raconte à la presse : "Je ne savais pas quoi faire, je ne parlais ni français ni anglais, explique-t-il. Je suis allé au commissariat, je n'arrivais pas à répondre aux questions."

Il va être placé en foyer puis va apprendre le français mais on va très vite découvrir son talent pour la couture: "Dans ma chambre je me faisais des t-shirts ou des pantalons, avec mon nom et prénom cousus dessus. Les élèves au collège, ils me demandaient "Comment il a fait ?"" En fait, Sami Nouri a appris à se servir d'une aiguille dès l'âge de huit ans, grâce à son père : "J'ai commencé par faire de petites choses. Mais à 14 ans, c'était devenu ma passion."

À 16 ans, il entre dans la classe de couture de Muriel Evain-Busser, au lycée professionnel François-Clouet de Tours comme elle se souvient:"Il est arrivé, il savait tout faire Il faisait bien, correctement et rapidement ! Il a donné beaucoup de lui-même, il a travaillé... Un élève qui va chez Jean Paul Gaultier, j'en suis fière !".

Car oui, Sami Nouri a intégré la prestigieuse maison Jean-Paul Gaultier grâce à un stage : "Au départ, ils m'ont accepté pour un stage de cinq semaines. J'ai fabriqué une robe en entier et le chef d'atelier l'a vue. Finalement, j'y suis resté deux ans et demi en apprentissage."

Et après ce parcours étonnant, Sami a ouvert son propre atelier en plus d'obtenir la nationalité française. Ultime consécration, en juillet, il présentera sa première collection haute couture.