Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Angers : deux Jordaniens dénoncent une agression raciste

26 octobre 2020 à 08h38 Par Etienne Escuer
Les deux victimes, originaires de Jordanie, ont porté plainte au commissariat.
Crédit photo : Rédaction / Etienne Escuer

Le parquet d'Angers a ouvert une enquête après l’agression de deux ressortissants jordaniens. Ces derniers affirment avoir été victimes d’une attaque raciste.

Les faits remontent au jeudi 22 octobre. Deux Jordaniens, un enseignant et sa sœur, âgés d'une vingtaine d'années, auraient été été insultés et frappés alors qu'ils regagnaient leur domicile. L'agression aurait démarré par des invectives. « On a une scène qui commence dans le bus, avec un couple, et le frère et la sœur », raconte le procureur d’Angers, Eric Bouillard. « La sœur ne maîtrise pas très bien le français. Il y a une discussion qui va s’engager. » Le ton monte alors et l’un des agresseurs invective les Jordaniens : « Est-ce qu’on est en France ? Alors on parle le français. ».

Selon leur récit, les victimes descendent ensuite du bus pour rejoindre une résidence universitaire où habite un ami. « Ils vont être suivis et il va y avoir une agression devant la résidence universitaire », indique le procureur.

Le jeune homme est frappé au visage, sa sœur également, et les auteurs prennent la fuite. « Il a un œil au beurre noir, il a pris un coup sur le nez, avec une plaie. La sœur a aussi reçu des coups, avec des blessures plus légères à l’abdomen », précise Eric Bouillard. Le jeune Jordanien a reçu trois jours d'ITT, sa sœur un jour. 

Hier, les suspects étaient encore recherchés. Le parquet enquête également pour s'assurer qu’il s’agit bien d’une agression raciste. « On peut se trouver dans une agression à caractère raciste, non pas qu’on en doute, mais cela mérite d'être vérifié », explique le magistrat. 

Le jeune enseignant, Muhammad Abu Eid, qui se présente comme assistant en langue arabe a raconté sur Facebook son agression et celle de sa soeur Heba. L’agression a également été évoquée par des médias jordaniens.              

 

(Avec AFP)