Après un an de fermeture, le blues des gérants de discothèques

VIBRATION
Les gérants de discothèques ont manifesté à Orléans, le 11 mars dernier.
Crédit: Rédaction / Etienne Escuer

15 mars 2021 à 5h30 par Etienne Escuer

Les discothèques viennent de « fêter » un triste anniversaire ce week-end. Elles n'ont plus accueilli de clients depuis désormais un an.

Cela fait désormais un an qu’elles sont fermées : les discothèques ne voient pas le bout du tunnel, dans cette crise sanitaire. Premiers établissements à fermer, et très certainement derniers à rouvrir, cela joue forcément sur le moral de leurs gérants, comme le confie Médérick Rousseau. « Peu de personnes peuvent tenir, aussi bien économiquement que moralement, un an sans travailler », explique le gérant du Millenium, à Auxerre, dans l’Yonne. « J’ai repris un travail et je suis pompier, donc ça permet de garder le moral, mais il y a des jours plus compliqués que d’autres. »

 

Écouter le podcast

 

 

Même sentiment chez Franck Lemaire, gérant du Sept, à Chaingy, dans le département voisin du Loiret. « Au début, c’était un peu "rigolo", on s’attendait à rouvrir un ou deux mois après », confie-t-il. « Là, ça fait un an, donc oui, moralement, ça touche. On a envie de travailler, de faire vivre le monde de la nuit. »

 

Écouter le podcast

 

Economiquement, les établissements survivent tant bien que mal

L’un comme l’autre s’accordent toutefois pour dire qu’après des premiers mois difficiles économiquement, où ils se sont sentis oubliés, le gouvernement a désormais rectifié le tir. Les aides leur permettent aujourd’hui de survivre, sous perfusion, même si la crise sera fortement fatale à plusieurs établissements. Si certaines discothèques se sont transformées en bars pour rouvrir l’été dernier, Médérick Rousseau n’a pas fait ce choix. « Je me doutais bien que le gouvernement fermerait aussi les bars tôt ou tard. Ceux qui en ont profité n’ont pu le faire que deux mois », détaille-t-il. « Et puis c’était chacun à sa table, pas de rencontres, pas de danse. Ce n’était pas ma vision du métier. »

 

Écouter le podcast

 

Une réouverture, mais dans quelques circonstances ?

Quel avenir désormais pour les discothèques ? La plupart des établissements savent qu’il leur faut encore prendre leur mal en patience. Une réouverture est évoquée en fin d’année 2021, mais début 2022 semble plus raisonnable à en croire les professionnels du secteur. « C’est très flou pour l’instant mais ce qui est sûr, c’est qu’on sera les derniers à rouvrir », explique Franck Lemaire.

 

Écouter le podcast

 

 

Une réouverture, oui, mais dans quelles circonstances ? C’est ce qui inquiète aujourd’hui les professionnels du secteur. « La discothèque, c’est un endroit de convivialité, on ne peut pas rester à trois mètres l’un de l’autre », estime Patrick Bonnefon, à la tête du Georges, à Orléans. « Etant donné que les aides de l’Etat sont aujourd’hui acceptables, il vaut mieux attendre six, huit ou dix et ouvrir dans de bonnes conditions, plutôt qu’avec des jauges. » Principale crainte des gérants de boîtes de nuit : que le gouvernement décrète une ouverture avec des protocoles sanitaires stricts, mais coupe les aides en parallèle.

 

Écouter le podcast

 

Le sentiment est partagé par Médérick Rousseau, du Millénium. « Quel gain nos clients vont-ils trouver à venir chez nous avec des règles strictes, alors qu’ils peuvent faire des soirées chez eux sans masque et sans distanciation ? », se demande le patron de la discothèque auxerroise.

 

Écouter le podcast

 

Tous les professionnels interrogés se rejoignent cependant sur un point : quand la vie reprendra son cours normal, les clients reviendront en nombre dans les boîtes de nuit pour fêter ça.