Chez Ouigo on baisse les prix, chez Ouibus on oublie ses passagers

VIBRATION

4 octobre 2017 à 3h02 par Benoit Hanrot

Le moral de la SNCF joue les montagnes russes en ce moment. En début de semaine, la compagnie de transports ferroviaires a dévoilé son offre spéciale OuiGo pour décembre. L'occasion de redorer son image après avoir fait l'actualité fin de semaine dernière en raison de la mésaventure arrivée à des passagers de la compagnie Ouibus. Récit :

Des offres à prix réduits en décembre 


La SNCF vient de lancer son offre de TGV low-cost OuiGo avec de nouvelles destinations et des allers retours de Paris. Les réservations sont ouvertes depuis hier, uniquement sur internet. Parmi les offres proposées, deux nous intéressent tout particulièrement : Paris – Nantes et Paris – Bordeaux.


Pour la première, l’offre propose des trajets à petits prix pour rejoindre la cité nantaise. Plusieurs correspondances sont possibles au Mans, à Angers ou encore à Laval. Le tout à partir de 10 euros. Pour la seconde, l’offre propose des trajets à destination de l’Aquitaine via Saint-Pierre-des-Corps. Prix de départ : 10 euros également. Attention, en direction de la capitale, les gares de destination peuvent varier entre Roissy, Marne-la-Vallée ou encore Massy.


 


Un chauffeur Ouibus abandonne ses passagers


Que lui est-il passé par la tête ? Vendredi, un chauffeur de car de la compagnie Ouibus a tout simplement abandonné ses passagers lors d'un trajet Paris – Nantes qui devait desservir Le Mans et Angers. Le conducteur se serait perdu à plusieurs reprises malgré l'aide du GPS. Agacé, il a fini par prendre une décision radicale : abandonner ses voyageurs sur le bord de la route. Imaginé l’étonnement des passagers en voyant le dit-chauffeur ouvrir les portes de son véhicule avant de prendre les jambes à son coup, sans plus d’explication.

Finalement, un autre chauffeur a été envoyé sur place pour amener tout ce beau monde à bon port. Le tout avec 3h de retard. Tous les billets ont été remboursés par la compagnie qui a décidé d’ouvrir une enquête interne.