Dépêchez-vous si vous souhaitez acheter un vélo électrique !

VIBRATION

29 septembre 2017 à 3h29 par Benoit Hanrot

C'est une déclaration qui a surpris tout son monde et surtout énervé les écologistes. Hier, le gouvernement a annoncé la suppression de l'aide financière pour l'achat d'un vélo électrique. Une aide qui pouvait aller jusqu'à 200 euros. Décryptage :

Malgré les critiques, tout n’était pas à jeter lors du précédent quinquennat. En février dernier, l’ancienne ministre de l’Environnement Ségolène Royal a présenté sa prime à l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE). Une aide financière qui pouvait atteindre jusqu’à 200 euros. Malheureusement, le nouveau gouvernement a annoncé hier qu’elle ne serait pas renouvelée en février prochain. Si vous hésitez encore, sachez que le temps vous est désormais compté. 

Pour justifier ce choix, Gérald Darmanin le ministre des Comptes publics a affirmé hier que beaucoup de collectivités locales proposaient désormais cette aide financière. Il a d’ailleurs confirmé qu’un travail avait été engagé par son homologue de la Transition énergétique Nicolas Hulot avec les collectivités. Pour rappel, cette mesure, qui supprimera la prime dès le 1er février, entre dans le cadre du projet de loi des finances pour 2018.

Colère des associations et des écolos

Du côté des associations, c’est l’incompréhension. L’arrivée de cette aide financière a permis de doubler les ventes de vélos à assistance électrique (250 000 deux roues vendus). La supprimer paraît donc être une aberration. Surtout que dans le même temps, le gouvernement a annoncé un bonus qui permettra bientôt aux automobilistes d’échanger leur vieille voiture contre une autre, plus récente, mais d’occasion, un peu moins polluante.

Dans la même veine, l’Etat a décidé de supprimer une autre prime : l’aide de 1 000 euros pour l’achat d’un véhicule hybride rechargeable neuf et d’abaisser celle de l’achat d’un scooter électrique qui passe de 1 000 à 900 euros.

Le premier ministre Edouard Philippe, à la présentation des assises nationales de la mobilité

Un mauvais timing pour le gouvernement

Les prochains mois pourraient être bénéfiques pour les boutiques de vélos électriques en terme de fréquentation et de ventes. Mais du côté des associations, on s’offusque du timing choisi. En effet, la décision a été prise alors que se tiennent actuellement les Assises de la mobilité. C’est pourquoi, certaines d’entre elles ont décidé d’agir. Le Club des villes et des territoires cyclables menace de quitter l’événement.

De son côté, la Fédération nationale des usagers de la bicyclette veut mobiliser les élus et certaines personnalités pour les inciter à exiger le maintien de la prime par écrit directement au président de la République. Nicolas Hulot a désormais toutes les cartes en main. A lui de bien les abattre.