Ecartée des JO, la perchiste berruyère Ninon Guillon-Romarin victime d’une « décision patriarcale » ?

VIBRATION
Ninon Guillon-Romarin lors du Perche Elite Tour à Orléans en 2020.
Crédit: Rédaction / Etienne Escuer - Image d'archives

6 juillet 2021 à 7h11 par Etienne Escuer

La non-sélection pour les Jeux Olympiques de la perchiste berruyère Ninon Guillon-Romarin provoque la colère de son club, qui dénonce une « décision patriarcale ».

Devenue maman en février, la perchiste berruyère Ninon Guillon-Romarin n'a pas été retenue pour disputer les Jeux Olympiques de Tokyo. Âgée de 26 ans, elle était la seule Française sélectionnable dans sa discipline, grâce à ses performances de 2019, où elle avait réussi un saut à 4,70 m. Elle détient d’ailleurs le record de France (4,75 m). 

Avec le report des Jeux de 2020 à 2021, Ninon Guillon-Romarin et son compagnon, le perchiste Axel Chapelle, ont décidé d’avoir un premier enfant, Oscar, né en février dernier. Bien que pas encore revenue à son meilleur niveau, la Berruyère pensait que sa sélection était garantie pour Tokyo, mais la Fédération française d’athlétisme en a décidé autrement. La FFA a en effet que ses récentes performances (une barre à 4,05 m franchie à Angers fin juin) n’étaient pas suffisantes.

 

« Une décision patriarcale et pleine d'injustice »

« La fédération lui a assuré qu'elle participerait aux Jeux et qu'elle pouvait aller au bout de son projet de devenir mère », confie son club de Cergy-Pontoise dans un communiqué au vitriol, publié lundi 5 juillet. « A deux jours de la sortie de la sélection, Florian Rousseau (le directeur de la performance de la FFA) a appelé Ninon pour lui annoncer qu'il revenait sur sa parole et pour lui briser son rêve et tous les efforts réalisés depuis l'accouchement ». Le club dénonce « une décision patriarcale et pleine d'injustice ». Même ressentiment pour Axel Chapelle, son compagnon, qui critique la position de la fédération sur Twitter : « Ils ont dit à Ninon qu'elle pouvait se préparer pour Tokyo, et au dernier moment, ils lui ont demandé de sauter aux Championnats de France, donc forcément, il manquait quelques semaines de prépa, la prépa étant faite pour Tokyo. Ils lui ont mise à l'envers. »

La fédération « assume sa décision au regard de l'état des performances de l'athlète »

La FFA a réagi dans la soirée, et se dit « consciente de tous les efforts réalisés par l'athlète pour tenter de revenir à son meilleur niveau », mais estime que « le comité de sélection se doit de décider au vu de critères sportifs factuels et assume sa décision au regard de l'état des performances de l'athlète lors des récentes compétitions ». La non-sélection de Ninon Guillon-Romarin relance une fois de plus la question de l’accompagnement des athlètes qui souhaitent concilier projet sportif et grossesse.

(Avec AFP)

I