Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

Education/Un nouveau type d'école débarque à Angers

24 mai 2017 à 10h54 Par Rédaction

Tout le monde est logé à la même enseigne. Voilà une phrase qui pourrait bien coller à l'école Espérance banlieues qui ouvrira ses portes à Angers à la rentrée de septembre. L'établissement revient à des méthodes d'éducation plus traditionnelle. Explications :

Des uniformes, plus de discipline et pas plus de 13 élèves par classe. C'est tout l'enjeu de l'école Espérance banlieue qui ouvrira ses portes en septembre prochain à Angers. Cette structure privée hors contrat sera située dans l'un des trois quartiers sensibles de la ville : à savoir Monplaisir, la Roserie ou Belle-Beille. Son fonctionnement est simple et s’appuie sur un principe d’égalité entre les jeunes.

Un projet plein de valeurs

Ce projet a vu le jour grâce à la collaboration de deux hommes : Jean-Jacques Becouze, président de l’association angevine Gouvernail et Claude Maillet, ancien directeur du collège privé de la Cathédrale d’Angers.

Les deux hommes ont décidé de rejoindre « Espérance banlieues » après avoir été inspirés par la création des structures de ce type en région parisienne mais aussi à Marseille et prochainement à Orléans, Tours et Angoulême. Interrogés par nos confrères de Ouest-France, ils ont également apprécié les valeurs de « fraternité et de respect de la famille ou des symboles de la nation » véhiculés par la fondation.

Vers un retour aux traditions

L’une de ses principales missions est d’intégrer des élèves en situation de décrochage scolaire. L’idée est de proposer une éducation de qualité tout en inculquant des règles de vie en société. L’autre but de la Fondation, c’est d’aider les enfants qui se sentent mis à l’écart de la communauté nationale à y trouver ou retrouver une place. Pour y parvenir, des activités sont proposées aux jeunes comme la levée du drapeau tricolore tous les matins.

« Tu es mon égal »

A l’école Espérance banlieue, les enfants sont classés en deux catégories. Chaque jeune devra porter un habit en fonction de son sexe : Pulls bordeaux pour les filles et verts presque kaki pour les garçons. « Des vêtements simples et adaptés au style de la banlieue », comme le décrit le site de la fondation parisienne. Un retour de l’uniforme prôné depuis plusieurs années par certains parents d’élèves et qui s’inscrit dans le projet de l’établissement de respecter l’égalité de la dignité homme-femme.

Comment ça marche ?

Tout le monde a accès à ce genre d’établissement. En effet, les élèves ne sont pas recrutés en fonction de leur résultat scolaire. Seule l’adhésion des parents et leur enfant au projet éducatif compte (moyennant un prix de scolarité de 75€/mois). Côté professeur, la direction privilégie des personnes ayant des talents d’éducateur afin de pouvoir adapter les méthodes d’apprentissage en fonction des élèves. Enfin, l’établissement ne dispense aucune instruction religieuse.

Possibilité de recrutement :

Si vous avez entre 18 et 25 ans et que vous êtes disponibles durant 6 mois à partir de septembre, sachez que la Fondation Espérance banlieues recrute. Elle est à la recherche de personnes souhaitant s’investir dans son projet, notamment à Angers. Pour plus d’infos, c’est ici que ça se passe.