Et si les parlementaires arrêtaient de dépenser l’argent sans compter ?

VIBRATION
Crédit: Illustration de l'Assemblée nationale / Wikimédia Commons

6 novembre 2017 à 6h34 par Benoit Hanrot

Comment réduire les dépenses injustifiables de l'Assemblée nationale ? Les premières mesures d'économie seront présentées ce mercredi 8 novembre devant le bureau de l'hémicycle. Visés notamment : les retraites des députés ou encore la gratuité à vie dans les transports pour les anciens parlementaires. Décryptage :

Florian Bachelier est un député de l’Assemblée nationale. Hier, au Journal du dimanche, il a déclaré vouloir en finir avec les dépenses injustifiables aux yeux des Français, au sein du Palais Bourbon. Tout est parti d’un devis pour la réfection d’une salle de bain dans un des appartements privés de l’hémicycle. Des travaux qui se sont élevés à plus de 30 000 euros. Le député, également premier questeur de l’Assemblée nationale, a été marqué par cet épisode.

Les élus doivent être exemplaires

Lors de son quinquennat, Nicolas Sarkozy avait prôné le « travailler plus pour gagner plus ». Florian Bachelier a repris cette philosophie pour la tourner à sa sauce « Dépenser moins pour dépenser mieux ». Et parmi les nombreux privilèges à bannir, trois sont dans le collimateur de l’élu : la gratuité de transport à vie dont bénéficient les anciens députés, la majoration des retraites des parlementaires (pour passer sur le régime du droit commun, soit une baisse de 37% de leurs pensions) ou encore les avantages des anciens présidents de la chambre basse (voiture avec chauffeur, collaborateur, bureau à l’Assemblée nationale).

Autres propositions qui devraient être annoncées ce mercredi : l’affiliation des élus au régime général de l’assurance-chômage lorsqu’il s’agit de toucher des allocations ou encore l’interruption de l’opération d’extension de l’Assemblée à l’hôtel de Broglie, qui coûterait 100 millions d’euros. Des efforts ont déjà été faits fin juillet avec la suppression de l’indemnité représentative de frais de mandat. Depuis, les parlementaires doivent justifier leurs frais pour pouvoir être remboursés.

Des mesures pour combien d’économies ?

Au total, Florian Bachelier vise un million d’euros d’économies cette année, dix en 2018 et quinze par an, jusqu’à la fin de la législature. L’objectif de cette réforme est avant tout de permettre aux élus de redevenir crédible aux yeux des Français. L’Assemblée nationale se doit maintenant d’être exemplaire sur les plans individuel et collectif.